Affaires classées racontées par Thierry Sagardoytho

Les témoins se succèdent devant les enquêteurs
Les témoins se succèdent devant les enquêteurs © Getty

Peyo, le Bohémien / Épisode n°2 : Le Bohémien (Affaire Pierre Uhart)

Diffusion du mardi 21 janvier 2020 Durée : 2min

Il y a 110 ans, à l’hiver 1910, un retentissant fait divers endeuillait le village basque d’Ispoure, aux portes de Saint-Jean-Pied-de-Port. Une aubergiste est découverte assassinée dans sa cuisine. L’enquête commence le vendredi 28 janvier 1910, en milieu de journée…

Il est 13h lorsque l’adjudant commandant la gendarmerie de Saint-Jean-Pied-de-Port se présente à l’auberge du village. Ordre est donné à la foule des curieux de s’éloigner. L’enquête commence. Le médecin est formel. Marie, la solide sexagénaire, a été égorgée à l’aide d’un couteau. Deux plaies ont transpercé son cou. Les enquêteurs fouillent aussitôt l’habitation. Le vol est manifestement le mobile du crime : plusieurs armoires ont été fracturées et l’habitation, à l’étage, semble sens dessus dessous. Le voleur n’a pourtant pas eu le temps d’emporter grand-chose. Il reste encore des billets de banque ainsi que des pièces de monnaie. Aurait-il été dérangé dans sa basse besogne ? Mystère. Les gendarmes commencent par recueillir les premiers témoignages. Une gamine du village affirme qu’elle s’est présentée à l’auberge, ce matin, pour y acheter du vin. Marie semblait à son aise. Elle a servi le vin à sa jeune cliente, comme d’habitude.

Ce témoin semble intéresser les enquêteurs qui tentent d’en savoir davantage…

« Avez-vous remarqué un détail inhabituel ? » demande l’enquêteur. En réfléchissant, l’adolescente se souvient que la salle de restaurant était presque vide. Dans la pénombre, elle a remarqué un gamin âgé d’environ dix-huit ans. Il était plutôt grand, maigre, et coiffé d’un béret noir enfoncé sur sa tête. « Il ressemblait à un bohémien » lâche-t-elle. A Ispoure, les bohémiens passent souvent pour des voleurs de poulaillers… Avant de signer son procès-verbal, la gamine se souvient d’un détail. Il y avait aussi une dame âgée assise à une table. Elle portait une coiffe de couleur noire sur les cheveux. Fin d’interrogatoire. Marie, une autre habitante du village, illustre ce premier témoignage. Elle aussi est venue ce matin aux environs de 9h. Ce jeune client lui aurait même offert de consommer un verre de vin. Sa voix, elle s’en souvient et serait capable de la reconnaître. Un troisième témoin se présente. Il aurait, dit-il, d’intéressantes révélations à faire…

Mots clés