Replay du lundi 26 août 2019

Affaire Roger et Isabelle Lahore - Séron, feux en série

- Mis à jour le

Il y a 40 ans exactement, le Béarn et la France se passionnent pour un étrange fait-divers qui agite le petit village de Séron, au nord-est du département. En moins de 3 semaines, une centaine de feux d’habitation s’allumeraient dans une modeste ferme du village, la maison de la famille Lahore.

De mystérieuses flammes dans la maison Lahore à Séron
De mystérieuses flammes dans la maison Lahore à Séron © Getty - Pleasureofart

Voilà maintenant 20 jours que ça dure ! En ce mois d’août 1979, l’actualité est en jachère. Un étrange fait-divers tient la France entière en haleine. L’affaire se déroule à Séron, un morceau de Bigorre enclavé au nord-est du Béarn. A toute heure du jour ou de la nuit, des feux inexplicables s’allumeraient à l’intérieur de la ferme des Lahore : des chiffons, du linge de maison, des objets sans valeur partiraient en fumée avant même que les pompiers n’aient le temps d’intervenir. En moins de 3 semaines, on recenserait 97 départs de feux ! Qui les allume ? Mystère. Certains parlent de supercherie. D’autres suspectent une escroquerie à l’assurance. Beaucoup préfèrent parler de phénomènes surnaturels. Le voisinage avec Lourdes, peut-être. Un exorciste puis un radiesthésiste font même le déplacement. En vain. Au café du village, une centaine de journalistes installent leur quartier général. L’affaire de Séron devient un vrai feuilleton.

L’affaire fuite dans la presse locale le lundi 12 août. Au cœur de ce feuilleton estival, il y a la ferme Lahore : au cœur du village, cette modeste bâtisse béarnaise comprend une habitation, un hangar et une grange. C’est ici qu’Édouard, le patriarche aux 56 printemps, a vu le jour. Avec Marie-Louise, son épouse, ils ont élevé 3 garçons, André, Jean-Marc et Roger. Une famille sans histoire malgré des fins de mois difficiles. Depuis une dizaine d’années, les Lahore hébergent Michèle, une jeune femme de l’assistance publique. Une fille gentille dont les villageois murmurent qu’en cachette, elle serait la fiancée du fils cadet. Les Lahore n’ont pas de chance. Au mois d’avril 1979, un incendie ravage la grange. C’est un adolescent placé par la DDASS qui a commis le méfait. Par chance, l’assurance leur a versé une coquette indemnité de 40.000€. Lundi 5 août, la ferme Lahore devient la maison des « feux ». Un pyromane rôderait-il par ici ?

Mots clés: