Affaires classées

à l'hôpital de Pau
à l'hôpital de Pau © Getty

Il était une Foi. Épisode n°2 : Opération Sauvetage.

Diffusion du mardi 22 octobre 2019 Durée : 2min

« Il était une foi » ce n’est pas un conte pour enfants mais l’histoire plutôt mouvementée de la fameuse Loi Veil, votée au Parlement il y a 45 ans. Avancée majeure pour certains, Loi scélérate pour d’autres, la Loi qui légalise l’avortement en France est enfantée dans la douleur

La Loi Veil dépénalisant l’IVG est promulguée le 17 janvier 1975. Bon gré, mal gré, elle poursuit son bonhomme de chemin. En décembre 1982, le gouvernement socialiste franchit un pas de plus. L’intervention sera désormais remboursée en totalité par l’Assurance Maladie, lorsqu’elle est pratiquée avant la fin de la 12ème semaine de grossesse. Les années passent. Certains opposants ne désarment pas. Dès 1987, plusieurs « commandos anti-IVG » engagent des actions dites « de sauvetage » d’un bout à l’autre de l’hexagone. S’inspirant de ce qui se fait aux États-Unis, dans le Kansas, ces militants débarquent à l’improviste dans le bloc opératoire de divers centres pratiquant l’IVG. A l’aide de menottes ou d’antivols de moto, ils s’enchaînent à la table d’opération dans le but d’en entraver le fonctionnement. Au matin du 5 mai 1992, c’est à Pau et à Lourdes que ça se passe : 2 commandos passent simultanément à l’action ! 

Que se passe-t-il exactement ce paisible matin de mai 92, à l’Hôpital de Pau

C’est un mardi matin comme un autre, à l’Hôpital François Mitterrand de Pau. Il est 8h30. Un groupe d’une vingtaine de manifestants pénètre en force dans le hall d’accueil. Ils hurlent, à qui les écoute, qu’ils sont « envoyés par Dieu » ! Certains déploient une banderole dénonçant « des meurtres d’enfants » tandis que d’autres distribuent des tracts intitulés « Opération Sauvetage ». 4 d’entre eux, parfaitement renseignés, se rendent, en un rien de temps, dans le service pratiquant les IVG. Là, le commando se lie au coude à coude, à l’aide de menottes, puis s’attache à la table d’opération grâce à un gros cadenas en tige d’acier. Surprise par cette intrusion aussi bruyante qu’intempestive, la Direction de l’Hôpital alerte aussitôt le Commissariat. Plusieurs patrouilles se rendent aussitôt sur place. Les Policiers délogent ces envahisseurs en un rien de temps. Pour ceux attachés à la table d’opération, c’est un peu plus compliqué…