Affaires classées

le tribunal de Pau
le tribunal de Pau © Getty

Il était une Foi. Épisode n°5 : Loi Divine.

Diffusion du vendredi 25 octobre 2019 Durée : 2min

Au printemps 92, un commando d’opposants à la Loi qui a légalisé l’IVG passe à l’action en envahissant l’Hôpital de Pau. Les Policiers interpellent 4 manifestants qui sont traduits en justice, 3 mois plus tard…

Mercredi 2 septembre 1992, le Tribunal Correctionnel de Pau juge, pour la 1ère fois en France, l’action d’un commando anti-IVG en milieu hospitalier. Marie, Henry, Christine et Philippe, ressemblent davantage à des étudiants sortis d’une grande école qu’aux gibiers de potence habituels du Tribunal. Les 4 prévenus s’avancent à la barre. Tous déclinent un nom à particule. Muets en garde à vue, ils ont miraculeusement retrouvé l’usage de la parole. La Présidente Michèle Suquet entre dans le sujet : « Quelles étaient vos motivations » ? Avec audace, Christine commence : « j’ai voulu donner un jour de ma vie pour porter assistance à une mère en danger et offrir un délai de grâce à l’enfant qu’elle portait ». Philippe, l’Officier militaire en vacances, enfonce le clou. Il compare leur action au combat d’Éric Petetin pour la défense des Ours Pyrénéens, ou celui de Brigitte Bardot, pour la défense des bébés phoques

Des témoins de moralité viennent éclairer le débat sur la question du droit à l’avortement

2 témoins sont cités à la barre : un prêtre vient déclamer le droit à la vie tandis qu’une écrivaine britannique livre aux Juges le douloureux souvenir de son avortement : « ce jour-là, quelque chose est mort en moi » dit-elle. Vient le moment de réclamer une peine : au nom du Parquet, le Substitut Frédérique Porterie souffle l’apaisement en réclamant une peine d’avertissement. La parole est à la défense. Le Bâtonnier Parisien Mario Stasi sollicite l’indulgence des Juges au profit de ces « 4 soldats d’honneur, capables de se battre pour préserver le droit à la vie ». En guise d’avertissement, le Tribunal inflige de la prison avec sursis et une amende de 3.000 francs à chacun. Inacceptable pour les 4 membres du commando qui font appel. 6 mois plus tard, la Cour efface le spectre de la prison. Chaque membre du commando s’acquittera d’une simple amende. Décidément, la Foi en Dieu s’accorde parfois péniblement avec la Loi des Hommes.