Société

Affaires classées

Les gendarmes enquêtent dans cette affaire qui débute à Ondres
Les gendarmes enquêtent dans cette affaire qui débute à Ondres © Radio France - Brad Thompson

L'affaire Jean-Etienne Subercaze, crimes à tiroirs (épisode n°1)

Diffusion du lundi 2 septembre 2019 Durée : 2min

Janvier 1998, la Gendarmerie diffuse un appel à témoin : un brocanteur habitant Ondres, au sud des Landes, et sa compagne ont disparu subitement. Que cache cette inquiétante énigme ? Les enquêteurs ignorent qu’ils entament une enquête criminelle hors norme !

Lundi 19 Janvier 1998, Jean-Philippe pousse la porte de la Gendarmerie de Tarnos. Depuis une semaine, Sylvie, sa sœur, n’a plus donné signe de vie ! Institutrice à Courbevoie la semaine, la trentenaire prend, chaque week-end, la route des Landes afin de rejoindre Guy, son concubin installé à Ondres. Fraîchement retraité de l’enseignement, ce corpulent quinquagénaire s’est reconverti dans sa passion de toujours : la brocante. La pipe à la bouche, une liasse de billets en poche et son fidèle caniche en laisse, Guy écume les marchés du secteur. Une patrouille se déplace. L’habitation est vide. Les volets sont clos. Le Citroën C 15 a disparu. En fouillant l’habitation, les gendarmes notent un détail : leur trousse de toilette est à sa place. Ils ne sont donc pas partis en voyage ! Le frère de Sylvie s’inquiète. Chaque dimanche soir, la carte bancaire de la disparue prélève 3.000 francs dans divers bureaux de poste de la côte basque.

Les Gendarmes s’intéressent donc maintenant au compte bancaire de la disparue

Selon Jean-Philippe, sa sœur ne retire jamais de pareilles sommes. Les enquêteurs examinent le compte bancaire à la loupe. Depuis le 12 janvier, date présumée de sa disparition, Sylvie vide ses économies : du carburant, des retraits en espèce jusqu’à plus soif. Bizarre. Un dimanche soir, les gendarmes se mettent en planque aux abords de la Poste centrale de Bayonne, rue du 49ème. Ils font chou blanc. La même nuit, c’est à Saint-Jean-de-Luz que la carte est activée. Les enquêteurs identifient un pompiste d’Anglet. La carte de Sylvie a été utilisée dans sa station 4 jours après la disparition du couple. C’est une dame blonde d’une quarantaine d’années qui l’a utilisée. Elle tremblait avant de composer le code… Le 10 mars, le C15 de Guy est découvert calciné près de Dax. Ça sent mauvais ! Le Parquet ouvre une enquête pour disparition inquiétante. Une vingtaine d’enquêteurs se met au boulot. 2 mois plus tard, l’enquête rebondit.