Affaires classées

La côte à Ciboure où règne le seigneur d'Urtubie
La côte à Ciboure où règne le seigneur d'Urtubie © Getty - PhotoAlto/Claire Nijnikoff

Chasse aux sorcières. Épisode n°2 : le feu aux poudres

Diffusion du mardi 29 octobre 2019 Durée : 2min

En l’an 1609, le Roi Henri IV apprend que des combats violents opposent la bourgeoisie et la noblesse locale, dans la province basque du Labourd. Selon certains, on y pratiquerait la sorcellerie. Le roi envoie des émissaires pour y faire le ménage.

De la Bidasoa à la Nivelle, le Seigneur d’Urtubie est le maître des lieux. L’homme est immensément riche. Il compte, dans sa besace, l’ensemble des terres allant d’Urrugne à Behobie. Pour faire bonne mesure, le port de Ciboure lui appartient aussi. Cette richesse confère au Seigneur un poids politique tel que le roi Henri IV tend immédiatement l’oreille lorsqu’il reçoit cette missive en provenance de la côte basque. Le Seigneur d’Urtubie y affirme que son territoire, proche de la frontière avec l’Espagne, est en proie à des phénomènes de violences éminemment dangereux. Il accuse ses adversaires de la Commune de Ciboure de pratiquer la sorcellerie à grande échelle. Son territoire serait infecté de sorcières qu’il est urgent d’envoyer en enfer. En vérité, le Seigneur ment au Roi. Il redoute l’émancipation de ses sujets. Pour les mâter, il se dit qu’une sanglante chasse aux sorcières ramènerait le calme. 

Comment la chasse aux sorcières démarre-t-elle ?

En cette fin d’année 1608, le Roi Henri IV accède à la demande du Seigneur d’Urtubie. Il confie au Parlement de Bordeaux le soin de ramener l’ordre dans cette contrée annexée depuis peu au Royaume. Deux magistrats sont aussitôt désignés : le Président d’Espagnet et le redoutable Pierre de Lancre. Leur mission est claire : ils devront enquêter sur d’éventuels phénomènes de sorcellerie dans le Labourd. Au besoin, ils pourront arrêter, juger et condamner à mort celles et ceux qui seraient convaincus d’être les émissaires du Diable !
6 mois plus tard, plusieurs carrosses quittent Bordeaux en direction de la côte basque. L’équipage gagne la ville de Bayonne fin juin 1609. En leur honneur, le Seigneur d’Urtubie organise une somptueuse réception. Sitôt installé avec ses domestiques, de Lancre se met au travail. La population locale prend peur. De Lancre répète, à qui veut l’entendre, qu’il n’est pas descendu là pour s’amuser.