Affaires classées racontées par Thierry Sagardoytho

Sorcière, image d'illustration
Sorcière, image d'illustration © Getty - ullstein bild

Chasse aux Sorcières. Épisode n°5 : Fin du cauchemar dans l'affaire Pierre de Lancre ?

Diffusion du vendredi 1 novembre 2019 Durée : 2min

il y a 410 ans a été ordonnée une chasse aux sorcières par le Roi Henri IV, dans la province basque du Labourd.

En cet automne 1609, le Pays Basque et plus spécialement le Labourd vit sous la terreur. Le massacre des présumées sorcières finit par s’ébruiter au-delà du Royaume de France. Ivres de colère, plusieurs centaines de pêcheurs basques rentrent précipitamment de Terre-Neuve. Ils veulent se venger et faire la peau au juge Pierre de Lancre.
L’Église catholique n’est pas en reste. L’évêque de Bayonne est ulcéré par l’arrestation et la condamnation à mort de plusieurs de ses curés. Il demande audience au Roi Henri IV, à Paris. Mr Bertrand d’Echaux est convaincu que le Juge de Lancre est un psychopathe sanguinaire ! Le Roi Henri IV entend le message. Il ordonne à son émissaire bordelais de cesser immédiatement ses activités coupables. Le 1er novembre 1609, le Juge de Lancre plie bagages et rentre précipitamment à Bordeaux. A son grand dam. L’émissaire du Roi peste qu’on l’ait empêché d’aller au bout de sa besogne.

Quel bilan peut-on tirer de cette sombre page de l’histoire de France ?

Il aura fallu longtemps pour effacer les plaies ouvertes au sein d’une population traumatisée. 4 siècles plus tard, une question agite les historiens : combien de victimes ont payé de leur vie la folie meurtrière du Juge de Lancre ? A la fin de sa vie, il en confessera 14.
Les historiens avancent le chiffre de 80 à 200 victimes. Il faudra attendre l’an 1672 pour que le Roi de France interdise aux magistrats de lancer des procès en sorcellerie. Mais, les préjugés ont la vie dure.
2 siècles plus tard, le village béarnais de Saint-Faust vit un nouveau drame. Une guérisseuse refuse de dispenser ses dons à un enfant malade. Ivres de colère, les 2 parents s’emparent de la dame, la ligotent et l’installent sur un tas de bois transformé en bûcher. Le Procureur du Roi ouvre une enquête. Mais, le procès tourne court. Les parents incendiaires en sortent acquittés ! Ces « sorcières » sont en réalité des femmes qui ont payé chèrement leur rêve d’être libres.