Affaires classées

Les véhicules de pompiers mobilisés pour éteindre le feu du manoir de Sallespisse
Les véhicules de pompiers mobilisés pour éteindre le feu du manoir de Sallespisse © Getty - Godong

Crime au Manoir dans l'affaire Lagardere / Caillard. Épisode n°3 : Feu sur les Gendarmes !

Diffusion du mercredi 6 novembre 2019 Durée : 2min

Samedi 5 novembre 1994, il y a 25 ans, un drame ébranle le village Béarnais de Sallespisse, près d’Orthez. Un somptueux manoir est la proie des flammes. Lorsque les gendarmes et les secours arrivent sur place, ils ne sont hélas pas au bout de leurs surprises…

L’incendie du Manoir de Sallespisse est si violent que la trentaine de pompiers engagés met 2 heures pour en venir à bout. Dans la commune, le défilé des véhicules de secours ne passe pas inaperçu. Des curieux se pressent dans le parc d’arbres centenaires entourant le Manoir de Pagandure.
« Quel désastre » se lamentent les plus anciens qui se souviennent qu’autrefois, il y avait là un Dancing baptisé « l’escale Antillaise ».
C’était il y a bien longtemps. De cette époque oubliée, il ne subsiste que des bancs rouillés et des tables bancales. A 11h45, les soldats du feu sont enfin maîtres du sinistre. Les Gendarmes s’approchent maintenant de l’entrée de la demeure afin de procéder aux premières constatations. Plusieurs carcasses de vieilles voitures gênent l’accès. Soudain, c’est la surprise : un homme surgit subitement de derrière l’une d’elles. Cet homme, c’est Jean-Louis Lagardere, le ferrailleur qu’ils recherchent depuis une heure. Il brandit une carabine et ouvre le feu !

Les 3 gendarmes sont stupéfaits : l’homme ouvre le feu dans leur direction !

L’homme ne cherche même pas à dialoguer avec les gendarmes ! Il tire 3 coups à chevrotine avant de mettre en joue l’un des militaires. « Posez cette arme ! » rétorque l’un d’eux.
Le ferrailleur s’enfuit à toute jambe. Il se retourne et pointe le canon de son fusil en direction des militaires. Nouvelles sommations, nouvelle fuite !
Lagardere s’échappe. Il fait soudain demi-tour et braque le gendarme proche de lui. Le ferrailleur veut en finir. Il actionne la culasse de son arme et tire en direction des militaires ! Par chance, il rate sa cible.
L’un des Gendarmes redoute le pire. Il pointe son arme de service et cible le ferrailleur. Il tire à 2 reprises. Une balle atteint Jean-Louis Lagardere en plein cœur. Il s’effondre. Fin de l’action.
Les 3 militaires sont sous le choc. Ils ont failli périr en intervention. Pour se protéger, ils ont dû abattre leur agresseur. Il faut maintenant alerter les autorités judiciaires et le Préfet. L’affaire est rarissime et gravissime.