Replay du mercredi 24 octobre 2018

Ambition Mortelle : Fauviau, Suspect n°1 (Affaire Fauviau / Lagardère)

3 Juillet 2003. Peu avant minuit, un instituteur Orthezien de 25 ans décède d’un tragique accident de la circulation au volant de son véhicule. Les gendarmes palois s’intéressent de près au père du jeune adversaire contre lequel la victime venait de disputer un match de tennis le jour des faits...

Un suspect en garde à vue
Un suspect en garde à vue © Getty

L’enquête judiciaire est dorénavant entre les mains des limiers de la Section Recherches de Pau. Rompus aux enquêtes difficiles, ces gendarmes ont 3 plaintes entre les mains : 3 matchs de tennis disputés, à quelques jours d’intervalle, contre le fils Fauviau, Maxime. Dans les 3 cas, on retrouve une forte absorption de Temesta chez des sujets qui n’en consommaient jamais. Le bilan est lourd. Alexandre, 25 ans, en est décédé tandis que Benoît a passé deux jours à l’Hôpital. Les enquêteurs palois soupçonnent clairement Christophe Fauviau, le père du jeune Maxime, de droguer, ces jeunes tennismen à leur insu pour amoindrir leurs performances et s’assurer d’une victoire en finale ! Scénario machiavélique. Priorité pour les gendarmes : localiser Christophe Fauviau et l’interpeller rapidement, avant qu’il ne fasse d’autres dégâts. Problème. Fin juillet 2003, le suspect est introuvable. Il serait en Egypte. Il y accompagnerait sa fille Valentine, sur un match !

Les gendarmes palois mettent gares et aéroports sous surveillance. Samedi 2 Août 2003, il est 5h05 du matin. Christophe Fauviau descend du train en gare de Dax. Il ne s’en aperçoit même pas. A peine ouvre-t-il la portière de son véhicule que 4 enquêteurs en civil l’encerclent. « Fauviau ? Christophe Fauviau ? Suivez-nous, à compter de cet instant, vous êtes placé en garde à vue ! ». Direction, la gendarmerie de Pau. 36h durant, Fauviau est entendu par les enquêteurs. Motif ? Administration de substances nuisibles avec préméditation ayant entraîné la mort d’Alexandre Lagardère, sans l’intention de la donner. Les faits, il les avoue rapidement. A une semaine d’intervalle, et à trois reprises, Il a bien introduit des comprimés de Temesta dans la bouteille d’eau de Sébastien, Benoît et Alexandre. Pourquoi ? Pour s’assurer à coup sûr, la victoire de Maxime et Valentine, ses enfants. Le Temesta, c’est celui de son épouse, insomniaque !...

Mots clés: