Toutes les émissions

Affaires classées

Un escroc entre deux régions...
Un escroc entre deux régions... © Getty

Attrape Gogos : Miroir aux Alouettes (Affaire C 21)

Diffusion du jeudi 11 octobre 2018 Durée : 2min

« C 21 » ou l’histoire d’une pilule alimentaire miraculeuse qui tourne à l’embrouille politique. A l’hiver 1996, Denis Allet annonce l’ouverture d’une usine qui fabriquera une pilule révolutionnaire pour la conservation des fruits et légumes. Au Pays Basque, son projet tourne rapidement au vinaigre.

Février 1996, la députée-maire Michèle Alliot-Marie diffuse un communiqué de presse : l’usine Conserver 21 ne verra finalement jamais le jour. Oubliée la liesse de la campagne législative de septembre qui annonçait la création de plusieurs centaines d’emplois dans le canton. Envolés les rêves d’embauche de plusieurs centaines de demandeurs d’emploi qui avaient adressé leur candidature à l’ANPE locale. Sur la Côte Basque, le golden boy Denis Allet devient subitement « persona non grata ». Mais l’illusionniste ne perd rien de son optimisme. Puisque le Pays Basque refuse de croire en ses projets, Denis Allet plie bagage. Il lorgne maintenant du côté de Sauveterre-de-Béarn. Le lendemain, il rend visite à M. le maire. A nouveau, il vante les mérites de son brevet miracle et annonce son projet alléchant d’implanter une usine sur la commune.

Tel le Professeur Nimbus, Denis Allet abreuve le maire de ses sornettes. Il lui raconte que les tests réalisés sur les brocolis et les choux fleurs sont fructueux. Mieux encore : le gouvernement de Cuba l’expérimenterait sur la culture des citrons... M. le maire, l’écoute attentivement : quel village de campagne refuserait la création de 150 nouveaux emplois sur son territoire ? Le flamboyant golden boy n’a pourtant pas choisi Sauveterre par hasard. Le canton vient d’être inscrit sur une liste de communes rurales en cours de revitalisation. Les entreprises qui s’installent à la campagne bénéficieront donc de substantielles aides financières de l’État. En promettant d’installer son usine, cette fois, en Béarn, Denis Allet espère sans doute rafler la mise sur les aides publiques. Mais curieusement, il ne souffle pas un mot sur le fiasco récent de son projet au Pays Basque.  

Dans la soirée du 14 février 1996, le conseil municipal de Sauveterre-de-Béarn se réunit en urgence. Le maire y expose le séduisant projet Conserver 21. Méfiant, il rajoute : « Je n’ai rien signé. Je ne signerai rien tant que je ne verrai pas la 1ère pierre ».  En Béarn encore, l’usine Conserver 21 va tomber aux oubliettes. Pendant ce temps, la PJ de Bayonne rend sa copie au procureur Nahon. Après 6 mois d’enquête, la conclusion des policiers est claire : la société Conserver Invest est une coquille vide dirigée par un escroc notoire. Son pseudo-brevet C21 censé conserver les aliments plus longtemps n’est que du vent. Mais, par chance, la vigilance des industriels Basques et des administrations publiques a empêché que l’escroc ne décroche des financements indus. Un soir de mai 96, Allet fait pourtant la une du 20H de TF1 avec sa pilule miracle...