Toutes les émissions

Affaires classées

le physicien belge Max Cosyns
le physicien belge Max Cosyns © Getty

Au nom de la science : le poids des mots, le choc des photos (Max Cosyns)

Diffusion du mercredi 4 juillet 2018 Durée : 2min

En juillet 1991 les limiers de la PJ de Bordeaux interpellaient Max Cosyns, un scientifique belge de 85 ans à son domicile de Licq-Atherey au Pays Basque. Il était soupçonné expérimentations sur des cobayes vivants lors de recherches sur la douleur poussée à l'extrême qui peut devenir une jouissance

En Haute-Soule, en 1991, un scientifique belge Max Cosyns qui s'est illustré aux côtés du professeur Auguste Piccard lors d'un vol stratosphérique en ballon est arrêté par les policiers de la PJ de Bordeaux. Ces derniers le soupçonnent d'expérimentations sur des cobayes humains lors de recherches effectuées dans sa maison de Licq-Atherey. L’instruction judiciaire tente de répondre à plusieurs questions cruciales : depuis quand le professeur Max Cosyns se livrait-il à ces curieuses expérimentations sur des cobayes vivants en Haute-Soule ? Combien de personnes ont subi ces expériences d’un genre très spécial ? Y aurait-il eu des accidents voire des décès que l’on aurait dissimulés ? Les policiers de la PJ se heurtent à la loi du silence propre à un milieu très secret. Selon les premiers éléments, les cobayes étaient des amateurs de sensations fortes, plutôt des hommes, en quête de prestations sadomasochistes… Au fil de leurs investigations, les enquêteurs découvrent que Max Cosyns recrutait ses futurs cobayes par l’intermédiaire de prostituées, d’origine belge ou britannique… Plus surprenant, le savant fou n’hésitait pas à endosser, à son tour, le costume de cobaye… Puis, il photographiait le tout !

Au sein de la communauté scientifique, personne ne connaissait l’objet de ses recherches. Max Cosyns est-il sincère lorsqu’il affirme qu’il a fait d’importantes trouvailles scientifiques ? Le vieux physicien belge soutient que « sous l’effet d’une douleur poussée à l’extrême, le cerveau secrète de la morphine et déclenche une forme de jouissance ». Les policiers hésitent : ont-ils affaire à un pervers sexuel ou un chercheur illuminé ? Visiblement, Max Cosyns travaillait seul dans son coin, sans même partager ses travaux avec les chercheurs de la planète. Plus curieusement, on découvre que les clients belges et anglais de cette « clinique » très spéciale, déboursaient des sommes folles pour venir se faire torturer à Licq-Atherey ! Pourtant, une chose est sûre : le vieux chercheur souletin ne tirait aucun revenu substantiel de ses travaux lubriques !