Toutes les émissions

Affaires classées

.
. © Getty

Bijoux mal acquis ne profitent jamais : Sur la trace des bijoux... (affaire Patrick Lansdorff)

Diffusion du jeudi 9 août 2018 Durée : 2min

Le 12 mai 2000, un ancien détenu de la prison de Bayonne disparaît subitement. Le 18 mai, un pêcheur découvre le corps d’un inconnu, dans le fourré d’un bois, au nord du Béarn...

L’enquête criminelle ressemble à une gigantesque partie de Cluedo. Afin de confondre l’assassin, les gendarmes s’attachent à déterminer qui avait intérêt à supprimer Patrick Lansdorff. Le passé judiciaire fourni du malheureux offre des hypothèses à foison. Entre le trafic de cannabis, les vols de bijoux et les machines à sous, Lansdorff comptait beaucoup d’ennemis… De Lille à Malaga en passant par Amsterdam, les enquêteurs explorent minutieusement toutes les pistes, pour mieux les refermer. Selon sa sœur, Patrick se planquait ces dernières semaines. Il devait de l’argent à un type, « un fou furieux ». D’autres témoins rapportent qu’un contrat pesait sur sa tête. Tiens donc... Après 2 ans d’enquête, une piste se dessine. Fin 1996, Lansdorff offre des bijoux à sa maîtresse. Or, ces bijoux ont été braqués peu avant à un riche couple de retraités.

Décembre 1996, des malfaiteurs cagoulés braquent un couple de retraités vivant à Guéthary. Butin : des bijoux de valeur et du cash gagné au jackpot du Casino de Biarritz. Sur photo, le vieil homme est formel : Lansdorff est l’un des braqueurs. Nathalie, leur fille, se démène pour récupérer le magot. Son amant, Michel, un délinquant tarbais connu de la justice, mène son enquête parallèle. Pour les beaux yeux de sa belle, il s’engage à retrouver les malfaiteurs et les bijoux. Michel recrute alors deux gros bras liés au milieu. Objectif : secouer Lansdorff, l’effrayer, puis le contraindre à restituer le butin, et vite ! Les gendarmes tiennent maintenant une piste : Lansdorff a été entraîné dans une virée fatale. Accidentellement ou pas, le coup est parti, et il en est mort. Mars 2002, Michel est interpellé. En garde à vue, le tarbais se met à table. Il parle.