Affaires classées

L'agresseur était connu des services de police...
L'agresseur était connu des services de police... © Getty

Bis REPETITA. Épisode n°4 : Récidiviste. (Affaire Douste-Blazy/Cifti)

Diffusion du jeudi 2 mai 2019 Durée : 2min

A Lourdes, le 2 Mai 1997, le maire de la ville, Philippe Douste-Blazy est poignardé par un inconnu. Un suspect est interpellé quelques minutes plus tard. Et pourtant, il nie être l’auteur de cette violente agression !

Samedi 3 mai 1997, il est 18H. Au terme de 24h de garde à vue, le procureur de la république de Tarbes fait conduire Adnan Cifti au palais de justice. Face au juge d’instruction, Philippe Ballu, le suspect est quasi-muet : « Reconnaissez-vous avoir tenté d’assassiner le ministre Philippe Douste-Blazy ? ». Silence. Celui qui déambulait, la veille, dans les rues de Lourdes, avec un couteau opinel en poche, semble absent. Une heure plus tard, il est mis en examen pour tentative d’assassinat et écroué. Son profil psychique a de quoi inquiéter les magistrats. Depuis 1992, l’homme est interné au Centre Hospitalier psychiatrique de Lannemezan. En septembre 1996, les médecins se hasardent à tenter une libération progressive ce patient plutôt inquiétant.

Le suspect répète, à qui veut l’entendre, qu’il est médecin de profession ! Selon lui, les autorités françaises refusent de le laisser pratiquer son art… En 1993, Adnan Cifti contacte le correspondant régional du quotidien « Le Monde ». Il menace de s’immoler par le feu devant l’Hôtel de ville de Lourdes si Philippe Douste-Blazy ne lui accorde pas un entretien sur le champ ! A l’époque, le maire de la ville occupe aussi le fauteuil ministériel de la Santé. Son obsession date sans doute de là. Côté justice, les policiers examinent les fichiers de la grande maison à la loupe. Ils font une découverte stupéfiante : le nom d’Adnan Cifti est connu. C’est un récidiviste. En 1992, à Lourdes, il commettait une première agression sur un certain Philippe Douste-Blazy.

En Août 1992, Adnan Cifti fait la Une des faits divers. Le 20 août, aux environs de midi, il se présente à la mairie de Lourdes. Face à l’hôtesse d’accueil, il réclame le bénéfice du RMI ainsi qu’une place… pour le spectacle prévu ce soir, de Pierre Palmade… L’agent refuse poliment. A cet instant, l’homme est pris d’une véritable crise d’hystérie. Il brandit un tournevis avant de se ruer en direction de l’escalier qui mène à l’étage. Là, il croise le maire de la ville, Philippe Douste-Blazy et plusieurs adjoints. L’agresseur brandit un tournevis en direction du maire, avant de prendre la fuite. Le fuyard se planque dans une agence bancaire où la police l’interpelle. Placé en garde à vue, il est examiné par un médecin qui décèle un trouble mental. Il le déclare irresponsable...