Replay du mercredi 27 février 2019

Chasses à l’Homme. Épisode n°3 : En chasse.

Retour au cœur d’un fait divers qui nous ramène dans la nuit du 4 mars 1984 : vers 4h30 du matin, les policiers palois découvrent le corps d’un homme. Le drame s’est produit aux abords du casino municipal de la ville. Son compagnon, qui a donné l’alerte, est placé en garde à vue.

Un fait divers
Un fait divers © Getty

Les policiers de la brigade criminelle hésitent : le crime crapuleux du parc Beaumont est-il l’œuvre d’un commando du GAL ou d’un rôdeur ? La piste d’un tueur à gage ne convainc guère. Le médecin légiste est formel : Jésus Gastanaga a été passé à tabac à l’aide d’un piquet de bois. Pas vraiment la signature des assassins du GAL qui préfèrent les bonnes et vieilles armes à feu. Exit la piste politique. Mais alors, qui en voulait donc au jeune brocanteur espagnol au point de le bastonner à mort : son compagnon ou bien un inconnu lors d’une mauvaise rencontre ? Ces derniers temps, les Policiers surveillent de près ce quartier sensible où, la nuit, une population interlope s’y donne rendez-vous. Quelques petits loubards y traînent aussi, à l’affût du bon coup.

Le vol ne semble pas être le mobile du meurtre de Jésus : rien ne lui a été dérobé. Pas même son portefeuille ou sa montre de valeur. Reste alors l’hypothèse d’une affaire de mœurs. Les Policiers tendent l’oreille. Ils secouent leurs indics habituels. Dans les milieux homosexuels qui draguent, de nuit, au Parc Beaumont, il se raconte que la victime et son compagnon fréquentaient assidûment le secteur. Ces derniers temps, plusieurs agressions ont été signalées. Selon les plaintes recueilles, de jeunes garçons y agressent ces visiteurs en goguette. Ils se planquent à l’abri des feuillages, puis passent leurs proies à tabac. « Pour s’amuser », disent-ils. Cette nuit du 4 mars, Jésus Gastanaga a-t-il été victime d’une chasse à l’homosexuel ? « Possible » selon les enquêteurs.

A force de témoignages et de recoupements, les Policiers dessinent patiemment une piste : celle d’une agression crapuleuse qui aurait mal terminé. Le week-end précédent, un commerçant en goguette a été violemment passé à tabac, près du Casino Municipal. Ses jeunes agresseurs lui ont dérobé ses bijoux. Il y en avait, au bas mot, pour une valeur de 4.500€. Est-ce la même bande de voyous qui a tué le brocanteur basque ?  La piste semble sérieuse. Mais, 36h après le drame, l’enquête rebondit. Lundi après-midi, un gamin de 17 ans se présente au Palais de Justice de PAU, accompagné de son père. Il est en larmes. Il veut soulager sa conscience et rencontrer le Procureur. Le gamin a une liste de noms. Il sait qui a tué Jésus Gastanaga. L’issue est proche.

Mots clés: