Toutes les émissions

Affaires classées

Qui a tué Jeanne, l'étudiante de 25 ans, passagère de l'Express reliant Hendaye à Paris
Qui a tué Jeanne, l'étudiante de 25 ans, passagère de l'Express reliant Hendaye à Paris © Getty

Dernier Train pour Paris. Épisode n°4 : Suspect n°1.

Diffusion du jeudi 4 avril 2019 Durée : 2min

Avril 1989, Jeanne, une étudiante âgée de 25 ans, montée en gare de Biarritz, est découverte 2h plus tard sur le ballast, après l’arrêt en gare de Dax. Le lendemain du crime, les gendarmes sont lancés sur la trace d’un suspect…

Moins de 24h après le drame du Train Express Hendaye-Paris, les gendarmes de la Brigade Recherches de Dax sont sur une piste. Selon plusieurs témoins, le serveur ambulant de la SNCF a subitement changé de comportement entre Dax et Bordeaux. D’abord plutôt jovial, le jeune homme leur a, ensuite, semblé soucieux, voire tracassé. Mais surtout, son visage lisse aux traits fins affichait d’étranges traces de griffure. 

 Ce détail fait tilt au Directeur d’enquête. Car, le médecin légiste vient d’examiner le corps de Jeanne Agosta. La malheureuse présente des traces de griffures sous les ongles. Elle a donc tenté de se défendre comme son agresseur. Détail sordide : Jeanne a été violée avant d’être jetée vivante.

Le serveur ambulant est maintenant identifié. Pour les enquêteurs, il devient le suspect n°1. 

Samedi 15 avril, le voici convoqué à la gendarmerie de son domicile. Nom : De Laek. Prénom : Nicolas. Né le 3 mars 1968, à Martigues. Le témoin n°1 se dit étudiant en seconde année de médecine. Depuis un an, il arrondit ses fins de mois en qualité de vendeur ambulant dans les trains de la SNCF. Le 13 avril, il était bien au départ de la Gare d’Hendaye. « Le visage de cette jeune femme vous dit-il quelque chose ? ». Le jeune homme semble indifférent. « Oui, elle lui a demandé où sont les WC. Rien de plus ». Il se souvient d’un détail : la porte du wagon 68 était ouverte. Il l’a refermée. Point barre.

A la recherche du moindre indice, les gendarmes perquisitionnent le domicile du suspect. Dans la salle de bain, ils mettent la main sur le slip et la chemise qu’il portait 2 jours plus tôt. Ils sont maculés de sang. A cet instant, De Laek est placé en garde à vue pour le meurtre de Jeanne Agosta. 

Son odyssée judiciaire commence. Les enquêteurs le cuisinent au détail près. Nouvelle audition, nouvelle version : le jeune étudiant raconte maintenant qu’il a suivi cette inconnue jusqu’aux WC. Elle lui aurait lancé un sourire qu’il aurait pris pour une invitation… Une relation furtive s’en serait suivie. Jeanne aurait alors menacé de le dénoncer. Une bagarre éclate. Par peur d’être arrêté, De Laek décide d’en finir, jetant sa victime par-dessus bord. 

Fin d’audition.