Toutes les émissions

Affaires classées

La traque commence...
La traque commence... © Getty

Évasion pour l’Échafaud : Chasse à l’homme (Affaire Daubagna-Darget-Menaut)

Diffusion du mercredi 5 septembre 2018 Durée : 1min

Flash-back : en avril 1894, un jeune Bayonnais et 2 autres détenus enfermés à la prison d’Orthez assassinent le gardien-chef puis se font la belle. Le lendemain, les 3 fuyards sont recherchés aux 4 coins du département des Basses-Pyrénées. C’est alors une longue traque qui commence…

Les autorités ont une priorité absolue : retrouver les 3 évadés de la prison d’Orthez ! Sitôt l’alerte donnée, le commissaire de police engage une véritable chasse à l’homme. Le nom et le portrait des 3 fuyards sont signalés dans les cantons environnants. Malgré plusieurs patrouilles de gendarmes à cheval, ils sont introuvables. 2 jours plus tard, une aubergiste de Nay voit 3 individus débarquer de bon matin. Ceux-là, elle ne les connaît ni d’Adam, ni d’Ève. Ils sont affamés. Ils ont pourtant les poches pleines d’argent. Bizarre. L’aubergiste installe ces 3 convives dans la salle du restaurant. « Au menu aujourd’hui, ce sera du veau. Mais la cuisson sera un peu longue » dit-elle. « Peu importe, apportez-nous du vin et nous attendrons ». Une heure plus tard, la viande fumante est servie. Au même instant, les gendarmes débarquent en nombre à l’auberge de la Mère Dufau.

Les 3 invités n’ont même pas le temps de tendre les couverts que les gendarmes leur passent les menottes : « Daubagna, Menaut, Lacoste-Darget, suivez-nous ! Vous êtes en état d’arrestation ». Qui a donc alerté la maréchaussée ? En voyant ces 3 larrons affamés aux poches pleines d’or, le frère de l’aubergiste a eu un doute. Lisant la presse locale, il a vite fait le rapprochement. Ils seraient les évadés de la prison d’Orthez que ça ne l’étonnerait pas. Tandis que la mère Dufau s’active en cuisine pour régaler les 3 convives, son frère se précipite à la gendarmerie. Les 3 larrons sont embarqués sur le champ. Retour à la case départ. Les voici conduits sous bonne garde à Orthez, mais devant le juge d’instruction qui les inculpe aussitôt. L’affaire est grave. Pour le meurtre du gardien-chef Moula, les 3 évadés risquent de finir sur la guillotine !