Toutes les émissions

Affaires classées

L'heure des comptes à sonner
L'heure des comptes à sonner © Getty

L’argent des Autres. Épisode n°5 : L’heure des Comptes.

Diffusion du vendredi 12 avril 2019 Durée : 2min

Septembre 1982, l’ancien notaire du village de Bruges prend place dans le box des accusés. Il répond du crime de faux en écritures publiques et abus de confiance. Face à lui, une centaine de victimes réclame réparation. Thierry nous présente ce procès à grand spectacle.

Selon les journalistes qui le scrutent, le notaire déchu affiche un regard absent. Comme s’il portait la misère du monde. L’expert psychiatre s’avance à la barre. Il décrit un accusé totalement immature, voire infantile, malgré ses 64 printemps. Conscient de sa descente aux enfers, de Canet n’espérait qu’une seule chose pour qu’elle cesse : un miracle. Malgré la proximité géographique avec Lourdes, il ne se produira pas.

Enfermé dans son box, l’ancien notaire fuit le regard de ses victimes. Dans ce canton rural, certains ont tout perdu. Pour l’anecdote, toute étude notariale devait afficher une pancarte informant la clientèle sur « les devoirs du Notaire ». Chez De Canet, elle avait disparu. L’accusé est-il cynique ou pitoyable ? Une chose est avérée dans son naufrage : lors de son arrestation, Jean de Canet n’est plus que l’ombre de lui-même. Au sommet de sa déchéance, il a sombré dans l’alcoolisme pour se donner un coup de fouet, selon ses dires.

Au nom de la Société, l’Avocat Général Maurice Billières présente l’addition : « De Canet a trompé de braves gens. C’est insupportable ». L’accusateur réfute la thèse de l’engrenage, il réclame 5 à 7 années de prison. 

La parole est à la défense. Seul face à tous, Me Yves Darmendrail plaide avec l’énergie du désespoir pour cet « homme égaré qui avait rêvé de devenir prêtre, puis magistrat ». Un accusé chétif dont la vie est une suite de fuites en avant. Au terme d’un délibéré d’une heure, le verdict tombe : 5 ans de réclusion criminelle. 

L’homme déchu repart en prison. Enfermé certes, mais définitivement libéré de ce métier de notaire qu’il n’a jamais aimé…