Toutes les émissions

Affaires classées

.
. © Getty

L'Ombre des Loups : la Hache et le Serpent (affaire Pierre Baldes)

Diffusion du lundi 13 août 2018 Durée : 2min

Cette semaine, nous remontons le temps au début des années 80, avec l’histoire des tristement célèbres commandos du GAL…

GAL. Groupe Antiterroriste de Libération. Le GAL, c’est un sigle : une hache rouge de sang qui coupe la tête d’un serpent. Un sigle qui renvoie à l’une des pages sombres de l’histoire : au nom du GAL, de mystérieux commandos de tueurs vont commettre, entre 1983 et 1987, une trentaine d’assassinats et d’enlèvements au Pays Basque Français, plus rarement sur le sol Espagnol. Leur cible : les réfugiés basques espagnols. Des réfugiés qu’ils suspectent d’être des activistes de l’ETA venus se planquer outre Bidassoa. Retour en arrière. L’organisation terroriste Basque ETA naît en 1959 sous la Dictature de Franco. Rêvant de libération nationale et de résistance patriotique, ETA-militaire passe à la lutte armée dès 1975. Aux 4 coins de la province basque, plusieurs dizaines de commandos militaires exécutent des militaires, des policiers, des industriels.

En Mai 1981, le Président François Mitterrand prend un engagement : jamais il ne remettra aux autorités de Madrid ceux des commandos ETA qui viendront se réfugier en France ! A Paris, le Ministre Gaston Deferre compare les soldats d’ETA à des « résistants ». La France devient un confortable sanctuaire qui leur accorde le statut de réfugiés, l’autorisation de travailler, et le bénéfice des allocations familiales. En 1982, une bonne moitié des 900 militants d’ETA-militaire vit confortablement installée, au nord des Pyrénées. En Espagne, les attentats se succèdent à une cadence effrénée. Le gouvernement de Madrid est furieux : Comment neutraliser ces assassins si la France leur assure le gîte et le couvert ? Le risque grandit que des commandos de Barbouzes espagnols débarquent sur le sol Français pour y régler leurs comptes, au prix du sang