Affaires classées

Quatre voleurs se rencontrent en cellule...
Quatre voleurs se rencontrent en cellule... © Getty

L’Or ne fait pas le Bonheur. Épisode n°1 : Voleurs de Poules

Diffusion du lundi 14 octobre 2019 Durée : 2min

Juillet 1857, une habitante du village de Viodos et sa domestique sont tuées par deux cambrioleurs qui espéraient faire main basse sur de l’or péruvien dans leur demeure. L’enquête commence. Elle doit répondre à une question : qui sont ces deux sordides chercheurs d’or ?...

Voilà quatre ans que Louis-Napoléon Bonaparte est devenu l’Empereur des Français. La crise économique et la canicule alimentent déjà bon nombre de conversations en ce début d’été de l’an 1857. Selon les journaux, le Second Empire affronte sa première grande crise économique. Au Pays Basque et en Béarn, chacun s’intéresse davantage au thermomètre qui bat des records. Loin d’inquiéter les paysans, l’ensoleillement annonce, au contraire, de fructueuses récoltes et des vendanges précoces. En Soule, et dans la province du Labourd, la Gendarmerie Impériale constate une soudaine recrudescence des cambriolages visant des fermes et des habitations privées. Une véritable plaie dans ce département rural des Basses-Pyrénées où la protection des propriétés et des habitants est un sujet majeur pour les autorités. Tantôt les gendarmes arrêtent des voleurs nés ici. Tantôt, ce sont des brigands de grand chemin qu’il est plus délicat d’attraper.

Ces derniers mois, la cueillette des gendarmes semble plutôt fructueuse. Ils interpellent en flagrant délit trois voleurs de poule natifs des environs. Pierre, 32 ans, est -officiellement- laboureur à Masparraute. Louis, 29 ans, revendique le même emploi dans le village d’Amorrots. Jean, 38 ans, se dit maçon à Lohitzun. En fait de labourer la terre, ces trois lascars cultivent plutôt l’art du vagabondage et de la cambriole, à la nuit tombée. Imperméables aux injonctions de la Justice, ils finissent par excéder le juge de paix du tribunal de Saint-Palais qui les expédie sous les verrous de la prison de Pau afin qu’ils goûtent la paille du cachot. Là, ils font la connaissance d’un dénommé Bordaguibel. Les journées sont longues derrière les barreaux. Pour meubler le temps, les quatre voleurs finissent par se raconter des histoires…de voleurs. Ça tombe bien : Bordaguibel songe à sa sortie. Il projette un coup facile du côté de Viodos…