Affaires classées

De cambrioleurs à meurtriers...
De cambrioleurs à meurtriers... © Getty

L’Or ne fait pas le Bonheur. Épisode n°4 : la Chasse au Trésor !

Diffusion du jeudi 17 octobre 2019 Durée : 2min

A l’été 1857, deux voleurs de poules fraîchement libérés de la prison de Pau cambriolent l’habitation d’une riche veuve, en Soule, à Viodos. Un ex-taulard leur a confié que la dame y planquerait de l’or venu du Pérou… Sauf que rien ne se passe comme prévu...

A l’intérieur de l’habitation, c’est la panique. Louis Sangla est surpris en plein cambriolage par la servante de la veuve Canton. Craignant qu’elle ne le dénonce aux gendarmes, il décide en un instant de supprimer ce témoin gênant. A l’aide d’un bâton ferré, il la frappe à plusieurs reprises. La servante hurle. Sangla la frappe si fort qu’elle meurt quelques instants après. A l’étage, Plachot panique également. Il attrape le cou de la veuve Canton. Il serre tellement fort qu’il finit par l’étrangler. Une fois débarrassés de ses témoins gênants, les deux meurtriers passent enfin à l’objet de leur visite : mettre la main sur le pactole d’or et d’argent que la veuve Canton dissimulait, aux dires de l’ex taulard, René Bordaguibel. La chasse au trésor commence. Plachot et Sangla explorent chaque recoin de placard. Ils tournent et retournent les matelas de l’habitation. Il faut se résoudre : Il n’y a rien ! Pas l’ombre d’un trésor à l’horizon ! 

Les deux compères sont furibards. Bordaguibel s’est-il moqué d’eux ? Aurait-il inventé de toute pièce cette histoire de trésor venu du Pérou ? Une chose est sûre : la maison Berriex-Borde ne cache aucun pactole. Mais le pire est à venir... Les deux voleurs repartent bredouille, leurs mains tâchées de sang. Si les gendarmes les arrêtent, ils risquent dorénavant la guillotine. Pour seul lot de consolation, Plachot et Sangla emportent la modique somme de 10 francs et quatre bouteilles de vin blanc bouché… Dépités, les deux malfrats regagnent la ferme de Jean Rosier à Lohitzun-Oyhercq. Ils s’empressent de lui raconter leur mésaventure. « Faut qu’on se tire » répètent en chœur les deux loubards qui décident, dès le lendemain, de passer en Espagne. Sur la route, ils cambriolent deux nouvelles fermes, à Bardos, puis à Arrautte-Charritte, histoire de se remplir les poches. Deux cambriolages de trop qui les conduiront, pour longtemps, en prison…