Toutes les émissions

Affaires classées

Une disparition inquiétante...
Une disparition inquiétante... © Getty

La Mariée était trop belle. Épisode n°2 : Destination Paris

Diffusion du mardi 12 mars 2019 Durée : 2min

Le mariage forcé existe-t-il encore de nos jours ? Thierry nous raconte, en détail, l’étrange histoire vécue par une jeune marocaine, au milieu des années 90, à Pau. Refusant d’être mariée de force à un cousin dont elle ne veut pas, la jeune Nadia fugue de son domicile, à l’hiver 96…

Où est passée Nadia ? Les jours passent. La lycéenne paloise ne donne plus signe de vie. Le proviseur de l’établissement s’inquiète. Il appelle le domicile de ses parents. Au bout du fil, Moktar, son père, âgé de 47 ans, semble fuyant : « Nadia ? On ne l’a plus revue ! Elle reviendra ». Est-ce une fugue ou un enlèvement ? Sceptique, le proviseur alerte sans tarder les services sociaux et le procureur de la République. Une enquête débute. Quelques jours plus tard, l’adolescente est retrouvée en région parisienne, à Épinay. Là même où elle a grandi, avant que sa famille ne déménage à Pau. Pourquoi d’ailleurs la famille marocaine s’est-elle installée en Béarn ? Les services sociaux découvrent alors que cette famille dissimule plusieurs secrets bien encombrants.

Les langues se délient. 2 ans auparavant, la sœur aînée de Nadia a déjà été mariée de force à un vieil homme dont elle ne voulait pas. Un mariage où l’argent donné en dot, aux parents de la mariée, comptait bien d’avantage que les sentiments. Les services de l’Aide à l’Enfance redoutent que Nadia ne subisse, à son tour, le même sort. Ils collent aux basques de la petite famille marocaine en les scrutant de près. « Impensable » pour les parents, Moktar et Rama, qui décident de se mettre au vert, en Béarn, à la rentrée scolaire de septembre 1995. La fugue de la jeune Nadia, en janvier suivant, est un appel au secours. Il devient donc urgent que la justice s’en mêle. Le 30 janvier 1996, le juge des enfants de Bobigny retire Nadia à ses parents. Il la place en famille d’accueil.

La jeune Nadia est maintenant scolarisée dans un lycée d’Épinay-sur-Seine. Violaine, la dame, qui l’héberge sous son toit, redoute le pire. Les proches de Nadia ne cessent de la harceler, malgré l’interdiction judiciaire qui leur est faite de l’approcher. Sur le trajet du lycée, ou au portail de la maison, le père et le grand frère de Nadia n’ont de cesse de l’approcher. Ils veulent, coûte que coûte, qu’elle revienne vivre à la maison. L’adolescente prend peur. Elle veut tirer un trait sur ce projet de mariage et ne se consacrer qu’à ses études. En vain. Au matin du 27 mars 1996, c’est le drame. A 10 h du matin, 6 personnes pénètrent au domicile de la famille d’accueil. Sous la menace d’un couteau, Nadia est emmenée de force. La police arrive. Mais, il est trop tard. Nadia a disparu...