Toutes les émissions

Affaires classées

Le débarquement de Normandie annonce la fin de la 2ème guerre mondiale, nous sommes le 6 juin 44
Le débarquement de Normandie annonce la fin de la 2ème guerre mondiale, nous sommes le 6 juin 44 © Getty

Le 5ème Homme. Épisode n°5 : Fin de l’Histoire.

Diffusion du vendredi 14 juin 2019 Durée : 2min

Il y a 75 ans, dans les Basses-Pyrénées, aussi, des centaines d’anonymes ont poursuivi le combat, au péril de leur vie. Le 15 juin 44, 5 résistants sont fusillés par les SS dans un bois au Nord de Pau. L’un d’eux n’a jamais été identifié.

Ils sont là, fidèles au rendez-vous du souvenir. Lundi 15 juin 2009, un groupe de parents et d’amis se réunit au Bois du Lanot à Idron. En silence, ils honorent, pour la 65ème fois, le souvenir des 5 martyrs fusillés par les SS, ce jour sombre de l’été 44. Parmi eux, il y a Éric. Ce trentenaire est le petit-fils de l’un des fusillés, Pierre Cotonat. 

Une question le taraude : a-t-on vraiment tout tenté pour donner un nom au 5ème homme, resté un résistant inconnu ? Éric Amouraben se plonge dans les PV Policiers de l’époque. 2 détails l’intriguent : lors de son exhumation, le résistant inconnu portait une alliance et un veston ouvrier fabriqué chez un tailleur d’Aire sur Adour. Plutôt bizarre pour cet anonyme que l’on disait réfugié espagnol. 

Le 5ème homme ne serait-il pas Landais ?

A ses heures perdues, le jeune Policier épluche des tonnes de lettres de l’époque aux archives. Il sursaute en lisant un courrier reçu à la Préfecture le 26 août 44. Une commerçante habitant Aire sur Adour recherche un proche parent arrêté par les allemands le 14 juin. Depuis son transfert à Pau, il a disparu. Tiens ! Le signalement et les dates coïncident. Éric Amouraben se plonge dans un livre d’époque. Le Maire d’Aire sur Adour y raconte que l’ouvrier agricole disparu le 14 juin se nommait Georges Coran, né le 17 octobre 1899. Serait-ce notre homme ? Direction : l’état-civil. Léa, sa veuve, est décédée en 2012. Lucette, leur fille, en 2011. Les 2 femmes ont longtemps espéré qu’il revienne au foyer. En vain. Seule une comparaison d’ADN lèvera enfin le mystère.

Mardi 28 avril 2015, les restes de l’inconnu inhumé près de LYON sont exhumés. Son ADN est prélevé. 3 ans plus tard, le corps de Pascaline, la mère de Georges Coran, disparue en 1957, est exhumé à son tour.

De l’ADN est prélevé sur les ossements. Reste maintenant à attendre le verdict des experts. Le 25 mars 2019, les résultats tombent : à 99,99% de probabilité, l’inconnu fusillé à Idrdon le 15 juin 1944 est le fils de Pascaline Coran. Fin d’un mystère vieux de 75 ans. 

Le 5ème homme se nommait donc Georges Coran ! L’ex boulanger patriote est élevé au rang des héros. Pour Éric , la boucle est bouclée. Il aura consacré 10 ans d’un combat acharné pour rendre dignité, honneur et justice à ce héros sans gloire.