Toutes les émissions

Affaires classées

Un dossier du procès de Francis Heaulme
Un dossier du procès de Francis Heaulme © Getty

Le pélerin du crime (l'affaire Francis Heaulme) : De ville en ville

Diffusion du mercredi 5 décembre 2018 Durée : 3min

Francis Heaulme « le routard du crime » a séjourné au Pays Basque et en Béarn, un an avant son arrestation. Avec Thierry Sagardoytho, on suit sa trace dans notre département sur près de 6 mois courant 1990.

Après 4 mois au soleil de la côte basque, Francis Heaulme migre à l’automne en direction du Béarn. Au matin du 7 novembre 1990, un inconnu pousse la porte de la brigade de l’ancienne gendarmerie d’Orthez. Il souhaite déposer plainte. A l’entendre, une semi-remorque l’aurait percuté accidentellement. Heaulme est hospitalisé 3 jours durant à l’Hôpital de la ville. Puis, il s’évapore. Début décembre, rebelote. Le routard est alité une semaine durant au service de chirurgie de l’Hôpital d’Oloron. 

Peu après, on le retrouve à l’Hôpital de Pau pour 2 nuits. Sitôt sorti, Francis Heaulme poursuit sa route. Direction Tarbes. Le 20 décembre, il est admis aux urgences de l’Hôpital de Bigorre. « Plaie à la tête » selon le diagnostic. Agression ? Chute d’ivrogne ? L’homme parle peu. Nul ne saura. Noël arrive. Heaulme s’offre une soirée de réveillon à l’Hôpital d’Auch. Son jour de l’an 1991, il le passe à l’hôpital Bellevue de Bayonne.

Début janvier, les enquêteurs perdent sa trace. Nul ne sait où il est. Un an plus tard, Francis Heaulme tue à nouveau. Le 5 janvier 1992, un retraité de 63 ans qui prenait l’air, à Boulogne sur Mer, est découvert lardé de coups de couteau. Ce énième crime sera le dernier de la longue liste. Le surlendemain, Heaulme vagabonde en Alsace. Les Gendarmes sont sur sa trace. Le 7 janvier, L’adjudant-Chef Abgrall et ses collègues lui passent les menottes. Commence alors une enquête tentaculaire qui écume l’itinéraire du vagabond, à la recherche d’éventuels meurtres non élucidés. 

En Béarn, les Gendarmes s’intéressent à une curieuse coïncidence :  le 9 décembre 1990, le corps d’une jeune infirmière a été découvert à Pau. « Un suicide » selon la Police. Ce jour-là, Heaulme errait en ville, entre 2 hospitalisations. Aurait-il approché la jeune infirmière pour lui demander des soins ? La question demeure sans réponse