Société

Affaires classées

A Nay, les gyrophares bleus ont remplacé les lampions de la fête...
A Nay, les gyrophares bleus ont remplacé les lampions de la fête... © Getty

Le Pont des Larmes / Épisode n°2 : Panique sur le Pont (Affaire Jérémy Censier)

Diffusion du mardi 10 septembre 2019 Durée : 2min

Il y a 10 ans, un triste fait-divers dominait l’actualité régionale : le 22 août 2009, la soirée d’ouverture des fêtes communales de Nay était endeuillée par une violente agression sur le pont qui enjambe le gave...

Samedi 22 août 2009, la nuit est relativement calme au Centre Opérationnel Départemental de la Gendarmerie, à Pau. La pendule affiche 2h38 du matin lorsque la ligne d’urgence sonne. Au bout du fil, une jeune femme en larmes hurle. Elle signale qu’il y a un drame, aux fêtes de Nay ! Le gendarme l’interroge. Avec des mots décousus, elle relate qu’une bagarre a éclaté quelques instants plus tôt entre 2 groupes d’individus. Un jeune homme est allongé au sol, sur le pont de Claracq. Il baigne dans son sang. Au même moment, le standard est pris d’assaut par plusieurs appels de même nature. L’opérateur pressent la gravité de l’évènement. Il alerte immédiatement ses collègues de la brigade de Nay, en surveillance sur les fêtes. 3 minutes plus tard, un véhicule au gyrophare bleu arrive sur place. L’adjudant met pied à terre. Il s’approche. Un homme jeune est allongé au sol. Ses yeux sont révulsés. Il est hélas dans un état désespéré. 

L’adjudant de gendarmerie alerte immédiatement ses collègues. Il faut du renfort, et vite, sur le pont de Claracq. A Pau, plusieurs équipes se mettent en route. Les pompiers de la localité arrivent sur place. Ils tentent l’impossible pour ramener ce jeune homme à la vie. En vain. A 3h15, le médecin du SAMU arrive sur place. Il faut se résoudre à l’évidence. Le jeune homme est en arrêt cardio-ventilatoire. 20 minutes plus tard, il n’y a plus rien à faire. Un drap blanc recouvre son visage. Sur le pont qui enjambe le gave, c’est la panique. Il y a encore énormément de monde. Les estivants observent -médusés- le ballet des secours. Les renforts de gendarmerie arrivent. Plusieurs témoins se signalent spontanément. Ils sont en état de choc. A la Montjoie, une patrouille interpelle 3 jeunes suspects. Il est 2h50. L’un d’eux a son pantalon tâché de sang. A Nay, les gyrophares bleus ont remplacé les lampions de la fête. Ce soir, la fête est terminée...