Société

Affaires classées

A Nay, les esprits s'échauffent...
A Nay, les esprits s'échauffent... © Getty

Le Pont des Larmes / Épisode n°3 : Gueule de Bois (Affaire Jérémy Censier)

Diffusion du mercredi 11 septembre 2019 Durée : 2min

Retour à l’été 2009 : la soirée d’ouverture des fêtes communales de Nay, à l’est de Pau, est endeuillée par un dramatique fait-divers : Jérémy Censier, un jeune estivant, décède d’une violente agression sur le pont qui enjambe le Gave de Pau...

Samedi matin, la ville de Nay se réveille avec la gueule de bois. La gendarmerie est en état de siège. 5 jeunes issus de la communauté sédentarisée du voyage y sont placés en garde à vue pour meurtre. Les enquêteurs de la Section Recherches de Pau, arrivés en renfort, enchaînent les auditions de témoin. A 8h30, la nouvelle tombe. Le jeune homme décédé cette nuit se nommait Jérémy Censier. Il avait 19 ans. Armand, chez qui Jérémy avait posé sa tente, manque de s’évanouir. Depuis ce matin, il l’a cherché partout. A Saint-Cricq, dans le Gers, Corinne et Joël, ses parents, fondent en larmes en apprenant l’odieuse nouvelle. Impossible de le voir pour l’instant : son corps supplicié repose sous un drap, à la caserne des pompiers de Nay. Le médecin légiste arrive. En attendant l’autopsie, il constate des plaies multiples au visage, au crâne et au thorax. Jérémy est décédé d’un coup porté au cœur avec une arme blanche. 

A la gendarmerie, les enquêteurs enchaînent les auditions des témoins et suspects. Un scénario se dessine. Une heure avant le drame, une première altercation oppose des gens du voyage, face au bar « le Marcadieu ». Un jeune aurait manqué de respect à un ancien qui lui conseillait de rentrer se reposer. Les esprits s’échauffent. Le calme revient après quelques coups de poing de part et d’autre. Les protagonistes se séparent au milieu de la foule. Ils se retrouvent à quelques mètres de là, sur le pont de Claracq. Les hostilités reprennent. 2 bagarres se déclenchent simultanément. Nul ne sait exactement pourquoi. Mais, les témoins sont formels : un homme jeune (Jérémy) est tombé au sol. 3 gitans, dont 1 de forte corpulence, se sont acharnés sur lui, à coups de poing et de pied. Jérémy était au sol, sans défense. A Nay, les habitants ont les nerfs à fleur de peau. Le maire, Guy Chabrout, redoute des représailles. Il appelle chacun au calme...