Société

Affaires classées

L'enquête menée par le juge d'instruction avance...
L'enquête menée par le juge d'instruction avance... © Getty

Le Pont des Larmes / Épisode n°4 : L'enquête (Affaire Jérémy Censier)

Diffusion du jeudi 12 septembre 2019 Durée : 2min

Il y a 10 ans, l’affaire Jérémy Censier dominait l’actualité régionale : ce jeune gersois de 19 ans décédait d’une violente agression lors de la soirée d’ouverture des fêtes communales de Nay. Peu après le drame, les gendarmes interpellent plusieurs suspects...

Dimanche 23 août 2009, il est 20h. 5 voitures de gendarmerie arrivent au Palais de Justice de Pau. Le juge d’instruction, Michel Alik, s’apprête à interroger 5 jeunes suspects. Parmi eux, il y a Samson, le meurtrier présumé. Dans un mois, il soufflera sa 18ème bougie. Face au juge, il livre sa vérité : peu avant le drame, Samson regagnait son domicile en compagnie d’autres camarades de la communauté des gens du voyage. Au milieu de la foule, une bagarre éclate. 3 hommes s’en prennent à Pierre, son meilleur ami. Instinctivement, Samson lui vient en aide. A son tour, il essuie plusieurs coups au menton et à la cuisse. Pour se défendre, il s’empare du couteau Opinel logé dans sa poche. Énervé, il aurait porté plusieurs coups à un inconnu allongé à terre avant de s’enfuir. Question : que faisait Jérémy Censier au milieu de cette altercation ? Silence. Le soir même, Samson est mis en examen pour meurtre et écroué à la prison de Pau.

2 jours après le drame, un jeune gitan se présente à la gendarmerie de Nay. Peu après le drame, Samson lui a confié le couteau en lui disant : « tiens, garde-le, j’ai blessé un homme au visage ». Sur ses indications, l’arme du crime est découverte sur la route menant à Lourdes. L’instruction judiciaire menée par le Juge Alik débute. Elle identifiera 5 autres suspects auxquels le juge reproche d’avoir pris part à la bagarre générale qui a coûté la vie à Jérémy Censier. Tous appartiennent à la communauté du voyage. Plusieurs d’entre eux plaident non-coupable. Un comportement qui ulcère Joël Censier, le père de Jérémy. Face à la presse ou sur les réseaux sociaux, l’ancien policier hurle son chagrin à la face de tous. Et il prévient : si la Justice ne fait pas son travail, c’est lui qui s’en occupera. « D’une manière ou d’une autre ». 2 ans plus tard, l’instruction s’achève par un coup de théâtre : le meurtrier présumé est remis en liberté !...