Affaires classées

Le verdict tombe...
Le verdict tombe... © Getty

Le Pont des Larmes / Épisode n°5 : Le Procès (Affaire Jérémy Censier)

Diffusion du vendredi 13 septembre 2019 Durée : 2min

Il y a 10 ans, les fêtes de Nay, à l’est de Pau, faisaient la Une de l’actualité à la rubrique faits divers : Jérémy Censier, un gersois de 19 ans, décédait d’une agression à l’arme blanche. L’affaire bouleverse la région et au-delà. 2 ans plus tard, la Justice s’apprête à juger 6 accusés...

Septembre 2011, la Cour de Cassation libère le meurtrier présumé de Jérémy Censier à cause d’un vice de procédure. « Insupportable » pour son père qui entreprend une croisade médiatique en prenant l’opinion publique à témoin. Les réseaux sociaux s’enflamment. 7 mois avant l’élection présidentielle, une association baptisée « Institut pour la Justice » s’empare de l’affaire pour brocarder les juges qu’ils accusent de laxisme. Ému aux larmes, Joël Censier lance un appel à la population, en guise de protestation, contre ce qu’il appelle une injustice. Il raconte la mort de Jérémy, mais aussi « ses nuits et ses jours qui sont une succession de cauchemars insupportables ». Une pétition circule. Des milliers d’anonymes la signent, sans bien savoir ce qu’elle recouvre. Décembre 2012, Christiane Taubira reçoit Joël Censier à la Chancellerie. Officiellement, la Garde des Sceaux observe mais se gardera de toute intervention sur le dossier.

30 Janvier 2013, la presse nationale se déplace à Pau. La Cour d’Assises des Mineurs juge publiquement 6 accusés. Devenu majeur, Samson répond du coup de couteau fatal porté à la poitrine de Jérémy. Il risque 30 années de prison. Les 5 jeunes, assis à ses côtés, sont accusés d’avoir frappé la victime, à coups de poing ou de pied. Des accusés qui oscillent entre amnésie et regrets de circonstances. Pourquoi Jérémy est-il mort ainsi ? Voyant une bagarre sous ses yeux, le jeune gersois a voulu porter secours. Ce courage, il l’a payé de sa vie. Jurés et magistrats examinent une question cruciale : l’accusé principal, mineur en août 2009, peut-il atténuer sa peine grâce à l’excuse légale de minorité ? Réponse affirmative. Samson écope de 15 années de prison. Le soir du verdict, il est écroué. Ses ex-comparses ressortent libres du tribunal. Rejetant toute suspicion de laxisme, Dame Justice a su montrer qu’elle a le dernier mot...