Toutes les émissions

Affaires classées

L'enquête à son tournant
L'enquête à son tournant © Getty

Mais où est passé Laurent ? : 136 jours d’angoisse (Laurent Saunier)

Diffusion du mercredi 18 juillet 2018 Durée : 2min

Inquiétante disparition de Laurent Saunier, le directeur de l’Intermarché de Chéraute, en janvier 1997. Quatre mois plus tard, son véhicule est découvert entre les mains de deux malfaiteurs qui s’apprêtaient à braquer une agence bancaire...

Voilà 136 jours que les proches et employés de Laurent Saunier redoutent le pire. Mardi 27 mai 1997, la police judiciaire de Toulouse prend maintenant l’enquête en main. Le principal suspect se nomme Roger Garcia. Âgé de 35 ans, l’homme est garagiste à Odos, près de Tarbes. Son comparse, Romain Gelis, 25 ans, est inconnu de la police. Placés en garde à vue, les 2 suspects sont pressés de s’expliquer sur la disparition du chef d’entreprise Souletin. Les 2 suspects se taisent. Au même moment, les policiers font le lien avec l’inquiétante disparition d’un antiquaire béarnais évaporé, lui aussi, 5 jours plus tôt. Après 136 jours d’attente, l’horreur devient hélas réalité. Dans la nuit, les 2 suspects passent à table…

Roger Garcia avoue sans remords. A quatre mois d’intervalle, c’est lui seul qui a exécuté les deux commerçants basque et béarnais. Laurent Saunier, il l’a exécuté d’un coup de fusil en pleine tête, comme un chien, car il lui résistait, « refusant de lui donner son argent ». Quatre mois plus tard, Garcia récidive : il enlève un commerçant béarnais et l’étouffe. Après cette macabre confession, le jeune tueur en série conduit les enquêteurs dans la forêt Landaise, à Garein, près de Mont-de-Marsan. Sous un tapis de terre de bruyère, les policiers y exhument le cadavre dénudé du chef d’entreprise. Durant 4 mois, le suspect a donc circulé impunément au volant du véhicule de sa victime dont il avait maquillé les plaques. A Chéraute, c’est l’abattement : chacun déplore l’odieuse nouvelle. Laurent Saunier était un brave homme, vaillant, bosseur. Il est sans doute mort d’une mauvaise rencontre...