Replay du mercredi 26 juin 2019

Moulin Rouge. Épisode n°3 : Scène de Crime.

Nous remontons le temps à l’hiver 1974. Le village de Serdzère est le théâtre d’un crime : l’ancien meunier de Sedzère a été assassiné. Mais par qui ? Thierry, nous raconte l'enquête qui démarre…

Moulin
Moulin © Getty

Vendredi 11 janvier 1974, une noria de véhicules de Police et de Gendarmerie déboule, sirènes hurlantes, dans le paisible village de Sedzère. Les villageois assistent, incrédules, à ce ballet inquiétant. « C’est au Moulin que ça se passe » entend-on çà et là. 2 gendarmes interdisent à quiconque d’approcher le modeste chemin de terre au bout duquel le moulin BOY est devenu une scène de crime. Les enquêteurs entament les premières constatations. La porte d’entrée a été forcée. 

Autre détail : une fenêtre attenante à la chambre du malheureux a été brisée depuis l’extérieur. Le médecin légiste Palois arrive sur place. A l’ancienne, il pratique l’autopsie foraine du malheureux sur les lieux du drame. Selon le Dr Adolphe Caula, le vieil homme présente une douzaine de fractures au visage et au thorax. Son ou ses meurtriers se sont visiblement acharnés sur lui avant qu’il ne s’éteigne. Que cherchaient-ils ? De l’argent, des bijoux ? Le mystère plane.

Selon le médecin légiste, le drame a probablement eu lieu 2 jours plus tôt. Mais, les indices sont maigres. L’enquête de voisinage commence. Dans le village, personne n’a rien remarqué. Normal : le vieil homme sortait peu. Il habitait un charmant Moulin, construit en 1732, mais si éloigné de tout et de tous qu’aucun voisin n’a rien remarqué d’inhabituel. Passionné de pêche, et de chasse, ce célibataire excellait à la cueillette des champignons. Lui qui vivait à l’écart des villageois était surnommé affectueusement « l’homme des bois ».

Selon Gilbert, un proche, le vieil homme était en pleine forme mardi 8 janvier. Il lui a même apporté des graisserons à l’issue d’un pèle-porc. Le drame s’est probablement déroulé dans la soirée. Une chose est certaine : la victime était d’allure robuste. Son ou ses meurtriers ont dû user de violences pour le neutraliser. Ce que le légiste confirme : le solide septuagénaire a été supplicié. Reste à déterminer par qui !

Mots clés: