Replay du vendredi 28 juin 2019

Moulin Rouge. Épisode n°5 : Cold Case en campagne

A l’hiver 1974. Le village de Sedzère, situé à 20 kms à l’est de Pau, apprend que son ancien meunier a été assassiné. Par qui et pourquoi ? L’enquête criminelle s’intéresse rapidement à un jeune cambrioleur de ferme…

Moulin
Moulin © Getty

Samedi 12 janvier 1974, les gendarmes de Morlaas ont fort à faire. Outre l’enquête sur le meurtre de l’ancien meunier de Sedzère, ils interpellent un jeune homme âgé de 26 ans. Ce repris de justice, ils le connaissent bien : c’est Jean-Claude. Un voleur multirécidiviste installé, avec compagne et enfant, depuis peu… à Sedzère. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le jeune voleur s’est introduit, par effraction, dans une habitation secondaire du village. Après avoir forcé la porte d’entrée, lui, et ses complices, ont fait main basse sur des volailles, des conserves, et des cartouches de fusil. Difficile pour lui de nier : le butin est découvert dans l’habitation qu’il loue à un fermier habitant Gabaston. Au village, les commentaires vont bon train : depuis peu, Jean-Claude accueille, ici, une bande de « vauriens qui écument les environs ». Pour les villageois, il n’y a pas de hasard. A leurs yeux, ils sont les meurtriers du meunier de Sedzère.

Les Gendarmes de Morlaas s’intéressent fortement à cette piste. 2 cambriolages dans le même village, à une nuit d’intervalle, voilà une piste d’enquête séduisante : dans les 2 cas, les cambriolages ont eu lieu de nuit, selon le même mode opératoire, à quelques centaines de mètres, dans un village habituellement préservé de ce type de méfaits. Les enquêteurs découvrent que Jean-Claude et un comparse du même âge ont écumé plus d’une dizaine d’habitations, dans les villages voisins, pour y dérober des victuailles, ou des montres. Par 3 fois, ces 2 pupilles élevés dans les orphelinats de l’Assistance Publique, ont cambriolé le tronc des église d’Aressy et Jurançon. Ces 2 cambrioleurs sont-ils les meurtriers de l’ancien meunier de Sedzère ? Des coïncidences ne font pas une preuve. Malgré 3 longues années d’enquête, nul n’a jamais su qui a tué Jean-Marie Boy. Le moulin vieux de 4 siècles garde son triste secret.

Mots clés: