Replay du mardi 4 juin 2019

Ni corps, Ni coupable. Épisode n°2 : Bizarre, bizarre.

Thierry nous replonge dans un fait-divers vieux de 34 ans. Une femme de 43 ans arrive le 10 août 1985, en Soule, pour des vacances méritées. Selon son billet de train, Nicole devait revenir à Pessac pour une rentrée professionnelle prévue le lundi 2 septembre. Orn curieusement, nul ne l'a revue.

Nicole logeait à la ferme des époux Foirien
Nicole logeait à la ferme des époux Foirien © Getty

Lundi 9 septembre 1985, le Directeur du CFPA de Pessac s’inquiète. Voilà déjà une semaine que Nicole Moulin aurait dû faire sa rentrée et reprendre ses cours de perfectionnement en comptabilité. Or, la jeune femme n’a plus donné signe de vie. 

Entre juin et août, Nicole semblait extrêmement motivée par cette formation qui devait, selon ses dires, déboucher sur un projet professionnel solide. Lui est-il arrivé quelque chose durant ses congés d’été ? Curieusement, aucun de ses proches n’a avisé le Centre d’un quelconque empêchement. Le Directeur du CFPA de PESSAC s’inquiète. Il consulte l’annuaire téléphonique sur Minitel. 

Le patron du Centre recherche le n° de téléphone de la ferme, à AINHARP. La tonalité sonne dans le vide. Personne ne répond. Le Directeur contacte alors la Gendarmerie de Mauléon. On lui passe l’adjudant qui note méthodiquement les informations sur l’identité de la personne disparue.  Le jour même, 2 gendarmes se présentent à la ferme. Les propriétaires semblent absents. Selon les voisins, ils sont actuellement en vacances. Ils rentreront samedi prochain, le 14 septembre. 

Les deux gendarmes inspectent la ferme. Il n’y a visiblement personne. Soudain, ils tombent nez à nez avec un homme d’une trentaine d’années. Il dit se nommer Patrick Blon, 36 ans. A l’entendre, il serait stagiaire à la ferme des époux Foirien pour 2 mois. Il tient la ferme jusqu’au retour des propriétaires prévu samedi prochain. Les gendarmes le questionnent. L’homme affirme qu’il prépare le brevet agricole de berger. 

Selon lui, Nicole n’a plus donné signe de vie depuis le 30 août. Et ce jour-là, il était étonnamment absent. Les gendarmes repartent. Il y a quelque chose de louche à cet endroit.

Mots clés: