Société

Affaires classées

Nicole Moulin passait ses vacances à ferme
Nicole Moulin passait ses vacances à ferme © Getty

Ni corps, Ni coupable. Épisode n°4 : Témoin n°1.

Diffusion du jeudi 6 juin 2019 Durée : 2min

Une femme de 43 ans s’installe arrive le 10 août 1985, en Soule, dans le village d’Ainharp, pour ses vacances d’été. Nicole devait rentrer le 31 août suivant. La veille, elle disparaît… Les gendarmes de Mauléon s’intéressent à un témoin qui ne manque pas de les intriguer…

Le mystère s’épaissit au fur à mesure que les semaines passent. A la brigade de Mauléon, les gendarmes s’intéressent de plus en plus à la personnalité de Patrick Blon. Le 9 septembre, cet homme était installé à la ferme des époux Foirien à Ainharp. C’est là que Nicole Moulin venait prendre son courrier postal durant ses congés. Lorsque les gendarmes l’ont questionné sur la disparue, il leur a affirmé que son dernier contact remonte au vendredi 30 août dans la soirée. A l’écouter, Nicole aurait téléphoné pour savoir s’il y avait de la place à la ferme, cette nuit, pour y dormir. Étonnant de la part d’une jeune femme qui a séjourné à Alcay… Les enquêteurs convoquent aussitôt Patrick Blon. Il est le dernier témoin à avoir aperçu Nicole Moulin vivante.

Le 21 septembre 85, Patrick Blon se présente à la gendarmerie, avenue de Belzunce à Mauléon. Face aux 2 enquêteurs qui le questionnent et l’observent, le témoin ne se démonte pas. Il était 19h30, vendredi 30 août, lorsque Nicole Moulin a téléphoné à la ferme. « D’où appelait-elle » ? Il l’ignore. Blon affirme avoir répondu qu’il y avait de la place à la ferme « Leiciague », qu’il était seul, et qu’il laisserait la porte ouverte… Curieux. Devant se lever de bonne heure le samedi matin, Blon aurait consacré la journée du 31 à une randonnée en montagne. Il n’a croisé personne susceptible de corroborer son récit. Il serait rentré vers 23h30. « L’avez-vous aperçue ? ». Blon affirme que non. Il ne sait même pas si Nicole est venue ou pas. 

Les époux Foirien, propriétaires de la ferme « Leiciague » sont rentrés de congés le 14 septembre. Ils questionnent Patrick Blon. « Avez-vous aperçu Nicole durant votre séjour » ? Blon botte en touche. Il répond évasivement qu’elle est « probablement passée ». Mais, il est incapable de dire s’il l’a aperçue et si elle a même laissé un mot pour preuve de son passage. Ces trous de mémoire et ces incohérences à répétition aiguisent de plus en plus la curiosité des enquêteurs. Ils sont convaincus que Patrick Blon est le dernier témoin à avoir vu Nicole  vivante. Un enquêteur passe son nom au fichier des antécédents judiciaires. Un frisson le traverse. Le nom de Patrick Blon y est connu. L’homme a un lourd passé criminel. Il sort à peine de prison…