Société

Affaires classées

Le vélo bleu de Nicole est retrouvé.
Le vélo bleu de Nicole est retrouvé. © Getty

Ni corps, Ni coupable. Épisode n°5 : Introuvables.

Diffusion du vendredi 7 juin 2019 Durée : 2min

C’était en août 1985, une femme de 43 ans disparaît subitement en Soule à la fin de ses vacances d’été. Un mois plus tard, les gendarmes de Mauléon tiennent un curieux suspect dans leur ligne de mire

Avec obstination, les gendarmes de Mauléon tentent de percer l’énigme Nicole Moulin. Une énigme dont la résolution passe de plus en plus par l’inquiétant profil du suspect n°1, un certain Patrick Blon. Il s’est bien gardé de révéler qu’il sort à peine de prison. Blon vient de purger une peine de 5 années de réclusion criminelle pour le viol, à Orléans, d’une jeune femme infirme, sourde et muette… D’autres condamnations pour vols et attentats à la pudeur fleurissent son casier judiciaire. Contact pris avec la PJ de Bayonne, l’homme est surnommé « Moustache ». Les limiers basques le suspectent d’être l’un des membres des sinistres commandos du GAL, les groupes antiterroristes de libération.

3 jours après son interrogatoire, Patrick Blon disparaît au guidon de sa mobylette. Sans doute pressentait-il que les soupçons se portaient sur lui. A Pau, le juge d’instruction est convaincu que le drame s’est joué dans la soirée du vendredi 30 août, à l’intérieur ou aux alentours de la ferme que Blon occupait dans le village d’Ainharp. Il faut donc resserrer l’étau ici. 

Le 4 avril 86, les gendarmes investissent la propriété. Ils font bonne pioche. Dans un roncier, ils découvrent le vélo de Nicole Moulin. Il a été découpé en dizaines de morceaux, sans doute à l’aide d’une ébarbeuse. La perquisition se poursuit à l’intérieur. Au grenier, ils découvrent des vêtements que Nicole MOULIN portait le jour de sa disparition. Le doute n’est plus permis. Patrick Blon est un meurtrier.

Le lendemain, les enquêteurs apprennent que Blon aurait loué une chambre, 2 rue de la Commanderie à Mauléon. Ils déboulent sur le champ. Sous le lit, les gendarmes découvrent un sac de couchage de couleur rouge. Il appartenait à Nicole Moulin. La boucle est bouclée. Le Juge Decomble décerne un mandat d’arrêt international contre Patrick Blon. Certains disent l’avoir aperçu à Orléans, la ville ou réside sa mère. D’autres l’auraient vu à Lyon. Mais, l’homme est introuvable. Le 14 juin 1990, son procès s’ouvre aux assises, à Pau. Mais le box de l’accusé est vide. Patrick Blon est déclaré coupable du meurtre de Nicole Moulin. Il écope de la prison à perpétuité. Une lourde peine sur le papier. Nul ne l’a jamais revu. Sa peine est aujourd’hui prescrite.