Toutes les émissions

Affaires classées

Enquête jusqu'en Allemagne
Enquête jusqu'en Allemagne © Getty

Nuits au Bijou - Épisode 2 : Nuits câlines (Affaire Pierre Hontang)

Diffusion du mardi 21 mai 2019 Durée : 2min

A l’hiver 2004, le Procureur de la République de Bayonne est au cœur d’une bien sale histoire : le Garde des Sceaux l’accuse d’avoir dérobé une carte bleue et d’en avoir fait frauduleusement usage. Cette affaire à peine croyable fait la Une de l’actualité...

Marie-Louise habite Strasbourg. Fonctionnaire au Conseil de l’Europe, la jeune femme vient déposer plainte au commissariat de sa ville. A l’écouter, sa carte bleue a curieusement disparu de son sac à main. Quand ? Où ? Comment ? Elle l’ignore. Lorsqu’elle s’en est aperçue, Marie-Louise a immédiatement informé sa banque et fait opposition. Mais, en consultant son relevé bancaire, la jeune femme constate que le mal est déjà fait. Dans la nuit du 25 au 26 mai 2004, le voleur a fait usage de la carte bleue à deux reprises. Une première fois à 1h18 du matin, pour 224€. Une seconde fois à 4h48 du matin, pour 354€. Montant total : 578€ évaporés de son compte bancaire. Or, Marie-Louise est absolument formelle. Jamais elle n’a dépensé pareille somme en une seule nuit !

Au commissariat de Strasbourg, un enquêteur entame les investigations d’usage. Il va tenter d’identifier le voleur de carte bleue en remontant la piste des dépenses réalisées frauduleusement. Le bénéficiaire des 578€ dérobés en une seule nuit est, à coup sûr, l’auteur du vol. Pour y parvenir, le policier réclame un relevé complet du compte de Marie-Louise à sa banque. La plaignante admet que les sommes débitées dans la journée du lundi 24 mai sont bien les siennes. En revanche, celles du lendemain, elle les conteste. Déduction : la carte bleue a probablement été dérobée dans la journée du 25 mai 2004. Cette date étonne Marie-Louise. Ce jour-là, son agenda est formel : la fonctionnaire se trouvait en déplacement professionnel à Celle, dans le Nord de l’Allemagne.

Selon le relevé bancaire, la carte dérobée a été utilisée dans un bordel de la bonne ville de Celle, en Basse-Saxe, à une quarantaine de kilomètres d’Hanovre. L’établissement débiteur est baptisé « le Bijou ». Les policiers allemands prennent le relais. Ils se rendent sur place et interrogent la tenancière qui passe ses facturettes à la loupe. Au « Bijou », les clients paient habituellement en numéraires. Question de discrétion. Par chance, la mère maquerelle se souvient fort bien de ce curieux client. Et pour cause. La carte bleue était au nom d’une femme. Aurait-il pris le risque de payer avec celle de son épouse ? Un détail lui revient. 2 jours plus tôt, cet homme a fait une première virée au Bijou, dépensant pour 174€. Cette fois, la carte porte le nom d’un certain Pierre Hontang...