Toutes les émissions

Affaires classées

L'enquête révèle de nouveaux détails...
L'enquête révèle de nouveaux détails... © Getty

Par la Grande Porte : Opération de Guerre (Évasion Gabi Mouesca)

Diffusion du jeudi 2 août 2018 Durée : 2min

En décembre 1986, 2 activistes Basques se revendiquant d’Iparretarrak s’évadent de la prison de Pau par la grande porte. Au vu de l'enquête, que sait-on de la préparation de cette opération unique dans les annales judiciaires ?

Cette évasion a été minutieusement préparée. Pendant un an, copiant les méthodes policières de surveillances des Renseignements Généraux, les activistes d’Iparretarrak ont minutieusement repéré les lieux. Dans la plus grande discrétion, ils ont recueilli une foule d’informations : les plans de la prison, le nombre de surveillants présents chaque nuit, l’environnement familial et professionnel du directeur, le domicile de sa fille et de son gendre. Après plusieurs mois de surveillances, filatures et repérages, ils connaissent les habitudes du directeur de la prison sur le bout des ongles. Le commando s’est également renseigné sur les voitures, les armes, et les uniformes utilisés par les gendarmes du GIGN. Lecture d’ouvrages, analyse des émissions télévisées consacrées au GIGN, rien ne leur a échappé. Le jour J, le commando est prêt à l’action.

D'autant plus qu'une semaine auparavant, le commando s’était livré à une répétition générale dans les rues de Pau. Tous ont le plan de l’opération en tête : la circulation dans les rues de la ville, le passage des patrouilles de police, les itinéraires de fuites, rien n’est laissé au hasard. Après une année de préparation minutieuse, la répétition générale du 6 décembre s’avère concluante. Le commando décide donc de passer à l’action, comme prévu, samedi 13 décembre 1986. Dès le matin, la douzaine de militants arrive à Pau. Le commando est à pied d’œuvre : se mettre dans l’ambiance, régler les derniers détails, souder l’unité de chacun des participants, éviter que l’un d’eux ne craque… Rien n’est laissé au hasard. Pour Iparretarrak, l’action est symbolique. Il n’y a aucune place à l’erreur. Dès 19H30, les 12 activistes Basques sont fin prêts. Le top départ de l’opération est lancé...