Toutes les émissions

Affaires classées

Une évasion spectaculaire
Une évasion spectaculaire - Nicolas Sabathier

Par la Grande Porte : Sésame, ouvre-toi ! (Évasion Gabi Mouesca)

Diffusion du lundi 30 juillet 2018 Durée : 2min

13 Décembre 1986, 2 militants du groupe séparatiste Basque "Iparretarrak" s’évadent par la grande porte de la prison de Pau, au nez et à la barbe des surveillants. Comment l’une des plus incroyables évasions de l’histoire s’est-elle déroulée ?

Dimanche 14 décembre 1986, un titre domine l’actualité du matin : un commando de faux gendarmes a libéré, dans la nuit, 2 activistes du groupe séparatiste Basque "Iparretarrak" de la prison de Pau. Comment ? Par la grande porte. Tout simplement. Cette évasion est une première du genre. Pour mener à bien son projet, usant d’un scénario astucieux et rondement préparé, le commando a tout misé sur un personnage central : le directeur de la prison. Selon les premiers éléments de l’enquête, une douzaine d’hommes déguisés en faux gendarmes du GIGN ont pris le directeur de la prison en otage, à son domicile, en début de soirée. En le menaçant ensuite de faire exploser une ceinture de munitions, ils se sont servis de lui pour simuler une opération visant à transférer ces 2 détenus vers une prison parisienne.

Selon un scénario à peine croyable, le chef d’établissement accompagne, contre son gré, le commando à la prison. Il sonne et donne l’ordre aux surveillants d’ouvrir la grande porte. Tout ce petit monde entre le plus paisiblement du monde. Officiellement, le GIGN vient chercher deux détenus Basques pour les transférer à Paris. Les matons du service de nuit ne se doutent de rien. Ils obtempèrent. Le chef d’établissement se rend à la cellule de Jean Gabriel Mouesca et Maddy Hegui. Menottes aux poignets, les 2 détenus sont remis aux gendarmes du GIGN. Embarqués dans des voitures banalisées, ils quittent tranquillement la maison d’arrêt en compagnie du directeur. Les surveillants de Prison ne se sont doutés de rien. Le commando abandonne son otage dans une camionnette, les mains ligotées. L’alerte est donnée au petit matin. Mais le commando est déjà loin...