Société

Affaires classées

Tarbes
Tarbes

« Retenez-moi ! ».Épisode n°2 : 2 morts sur la chaussée.

Diffusion du mardi 28 mai 2019 Durée : 2min

Il y a 12 ans, la Presse régionale réservait ses gros titres à une frissonnante affaire entamée en plein cœur de l’été 2007… Que s’est-il passé ? Ce thriller Policier démarre à Aureilhan, dans la banlieue de Tarbes…

Après une soirée autour d’un barbecue, Thomas et Julien, 2 gamins d’une vingtaine d’années, rentrent à leur domicile, rue Mendès France, à Aureilhan, près de Tarbes. Hormis le lampadaire, la rue est sombre. Thomas se frotte les yeux. Il voit 2 masses sombres allongées sur le dos, à 2 mètres l’une de l’autre, en plein milieu de la chaussée. Est-ce l’alcool qui lui joue des tours ? Les 2 garçons s’approchent. Ils ont un haut le cœur ! L’un et l’autre gisent au milieu d’une mare de sang. Thomas s’empare de son téléphone portable. Il compose nerveusement le 17. Au bout du fil, le Policier note l’adresse et lui ordonne de ne surtout toucher à rien ! 

Il est 1h55 du matin. Les Policiers arrivent. Lampes torche à la main, ils devinent qu’ils sont face à un double meurtre.

La Rue Mendès France est aussitôt fermée à la circulation. Elle devient une scène de crime. Selon un rituel immuable, le substitut du Procureur arrive, suivi du médecin légiste et des enquêteurs de la PJ de Bayonne et de Pau. 

1er acte : identifier les victimes. La dame allongée au sol se nomme Christiane Labordere, âgée de 68 ans. L’homme se nomme Paul de Sousa, âgé de 70 ans. Selon les 1ères constatations, la malheureuse a été exécutée face au portail de son domicile, au n°5 de cette même rue. Bizarrement, le véhicule de son compagnon est garé près de là. Comme si le couple rentrait à son domicile lorsque leur meurtrier les a surpris dans la pénombre. Le médecin légiste affirme, quant à lui, que les 2 victimes ont été abattues à l’aide d’un revolver de gros calibre.

2ème acte : l’enquête de voisinage. Plusieurs voisins affirment qu’une heure plus tôt, le cri d’une femme a déchiré la nuit. Les enquêteurs passent le nom des 2 victimes au fichier. Labordere Christiane, l’identité est connue. Voilà plusieurs mois que cette retraitée sans histoire multiplie les plaintes. Elle dit être menacée de mort par son ex-compagnon. Pire, 7 h plus tôt, l’ex-amant, un certain Francis Cors, 59 ans, a fait une scène au Poste de Police de la ville. Le fonctionnaire qui l’a reçu affirme que Cors a menacé de tuer Christiane. 

Aïe ! Aurait-il mis ses menaces à exécution ? Les limiers de la PJ tentent de le localiser. Le suspect n°1 est introuvable. Son nom est diffusé sur l’ensemble du territoire. Son portable est placé sous surveillance. Il faut l’arrêter. Et vite.