Affaires classées

Gare de Bordeaux où le suspect a été interpellé
Gare de Bordeaux où le suspect a été interpellé © Getty

« Retenez-moi ! ». Épisode n°4 : L’amant incorrigible.

Diffusion du jeudi 30 mai 2019 Durée : 2min

A l’été 2007: un couple de sexagénaires est froidement exécuté par un inconnu dans la banlieue de Tarbes. Les policiers soupçonnent l’ex-compagnon de la dame d’être l’assassin. 36h, plus tard, il est interpellé en gare de Bordeaux, après une chasse à l’homme à travers le grand Sud…

A l’Hôtel de Police de Bordeaux, Francis Cors doit maintenant s’expliquer sur le double drame survenu 2 jours plus tôt, près de Tarbes. Du haut de son mètre 60, l’homme râblé à fine moustache s’explique calmement : mardi après-midi, comme souvent, il se rend au « Rétro » pour un énième thé dansant. Là, il aperçoit Christiane, son ex-compagne, dansant aux bras de Paul, un plâtrier à la retraite, dont elle partage l’intimité depuis peu. Une provocation aux yeux de Francis CORS qui sort, ivre de rage, de la discothèque avant de se rendre au Poste de Police d’Aureilhan. Qu’a-t-il fait ensuite ? Lui seul le sait. Vers 20h, Cors se rend au domicile de Christiane. Elle est absente. L’ex-compagnon jaloux se place en embuscade. Il attend son heure.

Il est minuit 40. La rue Mendès France est particulièrement sombre. Une Citroën XM stationne près de la maison de Christiane Labordere. Une fois les feux et le moteur éteints, le couple de retraités descend et gagne le portail, main dans la main. Tapi dans la pénombre, CORS s’empare de son revolver. A pas feutrés, il s’avance. Christiane est tétanisée : « Francis, Que fais-tu là ? ». Les yeux du tueur brillent comme le fauve qui tient enfin sa proie. Sans un mot, il brandit un Smith et Wesson dans sa main droite. Plusieurs détonations déchirent cette nuit d’été si calme. Christiane hurle. Elle et Paul s’effondrent. Cors s’approche. Il achève sa sale besogne en tirant une balle au visage de chacun. C’en est fini. L’assassin prend aussitôt la fuite. Direction : Pau!

Aux Policiers, Francis Cors explique qu’il a ainsi vengé l’humiliation de sa séparation avec Christiane. Un classique chez cet ancien docker natif de Bordeaux. En 1978, Cors est âgé de 30 ans. Il tire plusieurs coups de pistolet sur Joachim, un ami d’enfance. CORS le soupçonne de lui avoir « pris sa femme ». Aux assises, ce geste passionnel lui vaut l’indulgence des jurés. Verdict : 2 ans de prison. Message reçu ? Pas vraiment. 16 ans plus tard, à Bassens, en Gironde, rebelote… Une seconde fois, Cors soupçonne Joachim de s’intéresser à nouveau à son épouse. Là encore, il tire et le rate. Les Jurés lui infligent 7 longues années de prison. 1999, l’amant jaloux change d’air. Il s’installe en Béarn où il fait la connaissance d’une jeune femme russe, Svetlana…