Toutes les émissions

Affaires classées

Bordeaux
Bordeaux © Getty

« Retenez-moi ! ». Épisode n°5 : Clap de Fin.

Diffusion du vendredi 31 mai 2019 Durée : 2min

A l’été 2007: un couple de sexagénaires est froidement exécuté par un inconnu, en pleine nuit, dans la banlieue de Tarbes. Les policiers soupçonnent interpellent peu après l’ex-compagnon de la dame. Il est l’assassin. Un homme au passé judiciaire lourd et sombre. Quel homme est-il ?

1999, Francis Cors souffle sa 50ème bougie. L’ex docker Bordelais s’installe à Pau. Vivant du chômage et de maigres économies, il fait la connaissance de Svetlana, une ravissante jeune femme, d’origine russe. Une compagne de 20 ans sa cadette, sans doute trop belle pour lui… Le couple se met en ménage mais la passion ne s’apaise pas forcément avec l’âge. Les vieux démons reprennent le dessus : possessif, jaloux, violent, Cors menace et violente Svetlana. Étouffée par l’emprise de cet homme d’âge mûr, Svetlana quitte le foyer et dépose plainte. Une 3ème fois, CORS passe au Tribunal. En septembre 2000, les Juges Palois lui infligent une rallonge de 5 mois de placard. Jaloux, aigri, le quinquagénaire devient une véritable cocotte-minute. 

Le Juge d’instruction, Marc Magnon, cherche à entendre toutes les femmes qui ont traversé la vie de Francis Cors. Côté pile, Marie, Martine, Josette, ou Svetlana décrivent, en chœur, un homme galant, généreux et attentionné. Mais côté face, chacune se souvient d’un homme capable du pire. Stéphane et Grégory, ses 2 fils, ne disent guère mieux. Le cadet livre une phrase gravée dans sa mémoire. Un jour, son père lui avait dit : « je t’ai donné la vie. Je peux te la reprendre quand je veux » … Joachim, l’ex-ami d’enfance, que Cors a tenté de supprimer par 2 fois, rajoute à son portrait. Il le dit fou, vaniteux, et affabulateur. N’en jetez plus, la cour est pleine. Selon les experts psychiatres, l’accusé est pleinement responsable de ses actes. Il n’a donc pas agi par folie.

Selon les experts psychiatres, l’accusé souffre d’une susceptibilité exacerbée dans ses relations féminines. Qu’une contrariété ou un doute survienne et Cors en devient agressif. Cette nuit d’août 2007, le sexagénaire Palois est devenu un double assassin par suite d’une jalousie intense envers Christiane, qui n’en voulait plus. Paul, son amant, a fait les frais d’une rivalité masculine devenue insupportable. Le 22 mai 2009, le Juge Marc Magnon boucle 2 longues années d’enquête. Il renvoie Francis CORS aux assises. L’assassin risque la perpétuité. CORS comprend qu’il mourra en prison. Le 3 juin, le triste sire abrège son séjour carcéral. Au bout d’une corde, il tire lâchement sa révérence. Aux yeux de la loi, faute d’avoir été jugé et condamné, il est mort présumé innocent.