Replay du lundi 25 mars 2019

Retour au Pays. Épisode n°1 : Flash Info.

- Mis à jour le

Une histoire incroyable avec un jeune fonctionnaire natif d’Oloron Sainte Marie qui disparaît accidentellement lors d’une sortie à ski, en 1954, dans les Alpes Italiennes. Son corps n’a jamais été retrouvé. Résignée, sa famille a fini par faire son deuil jusqu’à ce matin de juin 2018...

Le Mont Cervin, seul témoin de ce fait divers d'hiver
Le Mont Cervin, seul témoin de ce fait divers d'hiver © Getty

Au matin du 28 juin 2018, Emmanuelle allume machinalement la radio de son véhicule. Branchée sur France Info, une dépêche insolite retient soudain son attention. Selon le journaliste, la police italienne lance un appel à témoin. Elle cherche à donner un visage et un nom à un skieur dont les restes ont été découverts, 13 ans plus tôt, sur la montagne du Cervin, dans le Val d’Aoste, à 3.100 mètres d’altitude. Au terme d’une minutieuse enquête, les autorités italiennes ont la conviction que le malheureux était d’origine française, qu’il mesurait environ 1,75m, mais surtout, son décès remonterait aux années 50. Ni avant, ni après. 

Cervin… victime française… années 50. L’appel à témoin réveille aussitôt un vieux et douloureux souvenir de famille à cette auditrice.

Emmanuelle se souvient que, lorsqu’elle était gamine, Roger, son père, lui parlait souvent d’un frère aîné mort accidentellement dans les Alpes Italiennes, au printemps 1954. Cet oncle prénommé Henri, elle ne le connaît qu’à travers un portait photo -noir et blanc- que son père lui a montré. C’était un homme jeune au regard doux, cerclé d’une paire de lunettes noires. Le soir même, Emmanuelle se plonge sur les réseaux sociaux. C’est sur Twitter qu’elle lit et relit l’appel à témoin émis officiellement par la Polizia di stato sous le titre : « le mystère du skieur ». 2 clichés illustrent le communiqué : une paire de skis rouillés et une paire de chaussures à lacets. Le lendemain, Emmanuelle appelle son père. Roger a aujourd’hui 96 ans. Sa mémoire est intacte.

Au Printemps 1954, Roger reçoit un appel téléphonique inquiétant. Au bout du fil, un chef de service lui annonce que son frère Henri n’est pas rentré de ses vacances au ski. Bizarre. A ses collègues de l’Administration des finances, à Paris, il avait envoyé une carte postale de la station italienne de Breuil-Cervinia. Depuis, plus rien. Certes, Henri était célibataire et plutôt discret. Mais cette soudaine disparition ne lui ressemble vraiment pas. Le lendemain, Roger prend la route pour le Val d’Aoste. Il retrouve sans mal l’hôtel confortable qu’Henri avait loué, pour deux semaines, au pied des pistes de ski. L’hôtelier lui ouvre la chambre où vêtements et argent de poche n’ont pas bougé. Depuis ce 26 mars 1954, Henri le Masne, né en 1919 à Oloron Sainte Marie est introuvable.

Mots clés: