Toutes les émissions

Affaires classées

Le Cervin, seul témoin du drame.
Le Cervin, seul témoin du drame. © Getty

Retour au Pays. Épisode n°5 : Avis de Décès.

Diffusion du vendredi 29 mars 2019 Durée : 2min

Le 26 mars 1954, un jeune skieur disparaissait lors d’une sortie en haute-montagne. En juillet 2005, les restes d’un corps sont découverts sur la zone présumée du drame. La Police Italienne lance alors une enquête hors norme qui dura plus de 12 ans.

Les Policiers Transalpins affichent une rare obstination. Durant 12 longues années, la Questura provinciale du Val d’Aoste écume les fichiers de personnes disparues sur les sommets italiens. En vain. Les appels à témoin lancés dans la presse régionale ne donnent rien. 

Un enquêteur Turinois a une intuition : « Et si le disparu du CERVIN était d’origine Française ? ». Le 28 juin 2018 au matin, la Police Italienne diffuse un message sur Twitter. France INFO relaie le message. La chance sourit enfin aux enquêteurs.

Le mail reçu à Turin, en provenance de Roger Le Masne et de sa fille, intéresse les Policiers au plus haut point : les lunettes que le défunt portait sur sa photo d’identité sont exactement les mêmes que celles découvertes à proximité de l’inconnu du Cervin, en juillet 2005. La piste semble sérieuse. Les Policiers Italiens proposent alors à Roger LE MASNE de recueillir un échantillon de sa salive afin d’isoler son ADN et, ainsi, le comparer à celui mis en évidence à partir des restes du skieur inconnu. Ce procédé d’enquête est fréquent en matière judiciaire. 

L’examen comparé des ADN livre son verdict : l’inconnu décédé sur les sommets du Val d’Aoste se nomme Henri Le Masne, né en 1919 à Oloron, décédé le 26 mars 1954, à 3.100 mètres d’altitude, sur les sommets Alpins. 

Le 29 juillet 2018, la Police Italienne boucle officiellement 13 longues années d’enquête. Grâce à l’obstination des enquêteurs, l’énigme est enfin résolue. Affaire classée. 

Après 51 printemps passés sur les sommets du Val d’Aoste, Henri Le Masne est enfin rentré au pays. Le 30 août 2018, une cérémonie religieuse est célébrée en l’église de Saubion. Henri repose maintenant aux côtés de, Joseph, son père et Élisabeth de Gorostarzu.