Toutes les émissions

Affaires classées

Hasparren
Hasparren © Getty

« Soutien » de Famille. Épisode n°1 : Bernard.

Diffusion du lundi 4 mars 2019 Durée : 2min

Comment un jeune basque pouvait-il échapper au service militaire obligatoire, en 1880 ? Thierry nous raconte cette semaine l’incroyable histoire d’un forgeron, âgé de 20 ans à peine, habitant le village de Macaye, dans le canton d’Hasparren. Comment l’affaire débute-t-elle ?

Lundi 18 avril 1881, il est environ 19h. Une dizaine de personnes, très élégamment vêtues pour la circonstance, pénètre dans la petite mairie du village basque de Macaye, dans le canton d’Hasparren. Ce soir, le Maire, M. Hardoy, s’apprête à unir en mariage 2 jeunes natifs du village. Le marié se prénomme Bernard. Forgeron, comme son père autrefois, c’est un solide gaillard âgé de 20 ans à peine. Aux yeux de la loi, il est encore mineur. Catherine, sa mère, se tient fièrement à ses côtés. La dame du jour, c’est Marie. Âgée de 23 printemps, la jeune femme cultive la terre de l’exploitation familiale. Comme à l’habitude, 4 témoins assistent à l’échange des anneaux nuptiaux entre les 2 époux, face au portrait du Président de la République, Jules Grevy.

Bernard, le jeune marié, n’est accompagné que de sa mère, Catherine Casamajor. Femme au foyer, la solide sexagénaire, habite la ferme Barbategna. Elle est veuve depuis 7 mois. Jeannot, son mari, est décédé dans la nuit du 5 septembre 1880. Le lendemain, au petit matin, 2 passants remarquent le corps inanimé d’un homme gisant au bord du chemin communal. A l’examen du corps, le médecin est formel : le forgeron a été étranglé. Par qui ? Mystère. Les gendarmes d’Hasparren ont bien enquêté durant plusieurs semaines. 

Bernard, son fils, comme d’autres hommes du village, ont été suspectés. Mais sans aucun résultat. Ils avaient tous de solides alibis. L’annonce du drame a fortement marqué ce canton si calme.

L’hiver passe. Chacun observe que Bernard n’est plus vraiment le même. Il n’a goût à rien. Le jeune forgeron se désintéresse de son travail. Il boit. Il est irritable. Un voisin raconte même que Bernard semble parfois dans un état second. Il se met à trembler. Il tient des propos confus, à la limite de l’hallucination… Le jeune homme songe même à quitter ses Pyrénées pour les Amériques. Buenos Aires, Montevideo, qui sait ? Bernard a 20 ans. Il lui faut d’abord rejoindre les rangs de l’armée Française pour accomplir son service militaire obligatoire. Il va pourtant y échapper. Fils aîné d’une femme âgée devenue veuve, Bernard est soutien de famille. Il sera exempté de l’armée. En ce soir d’avril 1881, Marie s’apprête à dire Oui au jeune homme. Elle ignore qu’il est un assassin.