Toutes les émissions

Affaires classées

Alberto Contador, un Tour en moins
Alberto Contador, un Tour en moins © Getty

Un Steak Dopant, Por Favor ! : Champion du Déshonneur (Alberto Contador)

Diffusion du vendredi 27 juillet 2018 Durée : 2min

Fin septembre 2010, le triple vainqueur du Tour de France, est suspecté de s’être dopé. Lui affirme au contraire que le produit dopant découvert dans ses urines provient d’une pièce de bœuf qu’il aurait achetée dans une boucherie à Irun. 18 mois plus tard, le verdict tombe. Que décident les Juges ?

Février 2012, le Tribunal Arbitral du Sport rend son jugement après 565 jours d’attente. Alberto Contador est jugé coupable d’avoir recouru sciemment à un stéroïde anabolisant lors de la journée Paloise de repos, le 21 juillet 2010. En une centaine de pages, les juges du sport pulvérisent la fable du steak contaminé servie par le champion madrilène. Car le laboratoire basé à Cologne avait détecté du Clenbuterol mais aussi des résidus semblables à ceux identifiés dans les poches plastiques contenant du sang. Pour l’UCI, c’était la preuve d’une transfusion sanguine de produits dopants. Insuffisant pour le Tribunal qui tranche définitivement la question : Contador a eu recours à des suppléments nutritifs contaminés par le Clenbuterol. C’est interdit. Selon les juges, un coureur est responsable de ce qu’il consomme. S’il est pris, il doit assumer. Point final.

Pour Alberto Contador, la sanction est saignante. Il écope de la peine maximale : 2 années de suspension et la déchéance rétroactive de sa 3ème victoire sur l’édition 2010 de la Grande Boucle. Sur le papier, la victoire du Tour cycliste 2010 revient au coureur luxembourgeois Andy Schleck. Fin du feuilleton. "El Pistolero" avait pourtant mis le paquet pour défendre son bifteck et convaincre les juges de sa bonne foi. Discrètement, il avait recruté un mystérieux détective privé censé enquêter sur l’origine de la viande achetée à Irun. Plus loufoque, Contador avait recouru aux services d’un pseudo-expert américain incollable sur l’épreuve « du détecteur de mensonges ». En pure perte. L’honneur du boucher basque d’Irun est sauf. 

Depuis 2007, 3 affaires de dopage ont entaché la grande boucle lors de l’étape Paloise. Les Cols Pyrénéens sont une étape maudite pour les adeptes de la triche...