Toutes les émissions

Affaires classées

Alberto Contador en septembre 2010
Alberto Contador en septembre 2010 © Getty

Un Steak Dopant, Por Favor ! : Halte à Pau (Alberto Contador)

Diffusion du mardi 24 juillet 2018 Durée : 2min

Nous sommes en juillet 2010 : l’espagnol Alberto Contador remporte pour la 3ème fois le Tour de France cycliste. Un exploit qui s’apprête à être inscrit sur le livre d’Or de la Grande Boucle. Or, 2 mois plus tard, le scandale éclate. Un scandale qui a pris racine à deux pas d’ici…

Jeudi 30 septembre 2010, Alberto Contador affiche la mine des mauvais jours. Vêtu d’une chemise blanche, couleur de l’innocent, il affronte une montagne de micros depuis son fief familial de Pinto, près de Madrid. « El Pistolero » confirme le communiqué de presse tombé peu avant : l’Union Cycliste Internationale vient de le suspendre jusqu’à nouvel ordre. Motif : elle suspecte le vainqueur du Tour de France 2010 d’avoir fait usage de produits dopants ! Rebelote : l’encombrante casserole du dopage ressurgit sur la grande boucle, 12 ans après le scandale alimenté par l’affaire "Festina". Selon l’UCI, Alberto Contador a fait l’objet d’un contrôle de routine, mercredi 21 juillet 2010, lors de sa seconde journée de repos. Le laboratoire est formel : il a décelé la présence, infime certes mais réelle, de Clenbuterol, une substance anabolisante.

Face à la presse sportive internationale, l’accusé s’érige aussitôt en accusateur. Se disant victime d’une regrettable méprise, l’espagnol dénonce une sanction intolérable. A l’écouter, l’intoxication chimique résulte non pas d’une seringue mais d’un coup de fourchette. Contador explique en effet qu’il est victime d’une intoxication alimentaire. Selon lui, la viande a si mauvais goût dans son hôtel de Lescar que le cuisinier de l’équipe Astana a souhaité acheter un morceau de bœuf ailleurs. D’un coup de voiture, un ami se rend dans une boucherie espagnole, à Irun. Il y achète un joli filet baptisé « Solomillo » qu’il ramène à Lescar. Les cuisines de l’Hôtel sont fermées ? Peu importe. Il le prépare dans le camion de l’équipe. Invité au 20h de David Pujadas sur France 2, Alberto Contador se dit prêt à se « couper les 2 mains » en gage de sa bonne foi !

Cette explication d’une intoxication alimentaire est-elle sérieuse ? A suivre dans Affaires Classées...