Toutes les émissions

Affaires classées

Fokker 27, l'avion d'Antoine de Saint-Exupéry
Fokker 27, l'avion d'Antoine de Saint-Exupéry © Getty

Vol de Nuit. Épisode n°1 : Vol PARIS-PAU.

Diffusion du lundi 11 février 2019 Durée : 2min

Thierry Sagardoytho nous raconte l’histoire rocambolesque de l’un des plus importants braquages commis dans la région, dans la soirée du Jeudi 20 juillet 1995. Tout commence, à la tombée de la nuit, sur le Tarmac de l’Aéroport de Pau-Uzein.

Jeudi 20 juillet 1995, il est 20h35. Le soleil se couche lentement. Un avion, de type Fokker 27, se pose sur le tarmac de l’aéroport de Pau-Uzein. Dans une heure précise, cet aéronef aux couleurs de la Poste décollera en direction de Bordeaux avant de poursuivre sa route vers Lyon. Les habitués de l’aéroport connaissent bien cet avion-cargo de la Compagnie Aéropostale. Il n’embarque pourtant jamais un seul passager à bord. Depuis 1939, c’est par le ciel que courrier et autres colis postaux arrivent de la capitale. Chaque soir, ce sont 3 à 4 tonnes de lettres, mandats et autres paquets qui arrivent du Pays Basque, du Béarn et des Hautes-Pyrénées. En moins d’une heure, ils transitent via l’entrepôt de Pau-Uzein avant de prendre la voie des airs à 21h37 précises. 

Chaque soir, l’avion Fokker 27 à hélice se pose sur le tarmac Béarnais. Il est le lointain descendant du célèbre Vol de Nuit instauré un demi-siècle plus tôt. Héritière de Jean Mermoz et Antoine de Saint-Exupery, la division postale d’Air France circule, chaque nuit, dans le ciel avec une précision de métronome. L’enjeu est de taille : elle achemine les lettres et colis collectés au pied des Pyrénées vers le reste de l’hexagone. Selon un ballet bien rodé, l’aéronef atterrit sur la piste principale. Il roule ensuite en direction d’un hangar de l’aéroport. Là, à l’abri des regards, les 2 pilotes et le mécanicien surveillent le chargement des sacs postaux transvasés dans des containers métalliques avant d’être chargés à bord de l’appareil. Une heure plus tard, il redécolle. 

A l’instant où ils posent le pied sur le tarmac, les 3 préposés ignorent que l’escale paloise de ce soir ne se déroulera pas comme prévu. Tout a commencé aux environs de 20h20. 2 agents d’Air France pénètrent dans le hangar postal pour préparer le chargement à bord. Un comité d’accueil les attend : une fois la porte déverrouillée, les 2 employés tombent nez à nez avec 2 hommes cagoulés et armés jusqu’aux dents. Les 2 malfaiteurs planquaient sans doute à l’intérieur du hangar. Ils leur ordonnent d’ouvrir la porte arrière à 6 autres malfaiteurs qui attendaient à l’extérieur. Les 2 agents comprennent aussitôt que ce n’est pas une blague ! Le Hold-up commence. Le vol cargo Paris-Pau-Lyon du 20 juillet 1995 restera gravé dans les annales du grand banditisme.