Agenda spectacles soir

Fabrice Eboué
Fabrice Eboué

Fabrice Eboué au Théâtre du Casino de Deauville

Diffusion du mercredi 27 novembre 2019 Durée : 4min

Fabrice Eboué présente son dernier spectacle "Plus rien à perdre" samedi 7 décembre à 21 h au Théâtre du Casino Barrière de Deauville.

Depuis ses débuts, Fabrice Éboué a confirmé qu’on pouvait rire de tout. La liberté d’expression, il y tient. Le jeune quadragénaire né d’un père camerounais et d’une mère normande est désormais une figure incontournable de l’humour français.

 Passé par le Jamel Comedy Club, les émissions de Laurent Ruquier et le cinéma (“Case départ”, “Le crocodile du Bostwanga”, “Coexister”), il n’est jamais aussi corrosif que sur scène, qu’il considère comme “un lieu de liberté absolue où la seule censure est l’absence de rire des spectateurs”. Et après “Fabrice Eboué, levez-vous !”, il en remet une couche dans ce troisième one-man-show “évolutif” prétexte à exprimer son ras-le-bol du politiquement correct.

 Dans le spectacle “Plus rien à perdre”, il tape sur tout et tout le monde avec une rage saine et jubilatoire. Il s’en prend à la dictature des véganes (son imitation de l’huître qui joue la morte pour ne pas être mangée est plutôt comique, mais celui de la caissière du magasin végane, qui manque de fer et de protéines vaut également son pesant de cacahuètes). Il a des choses à dire sur les écoles communautaires, les complotistes “qui naviguent de YouTube à YouPorn et inversement”, les attaques de requins à La Réunion, Anne Hidalgo, le mouvement #MeToo, l’héritage de Johnny Hallyday, les nouveaux systèmes de notation à l’école. Il s’insurge contre l’écriture inclusive : “Ils veulent faire interdire le passé simple. Qu’est-ce que j’étais nul en passé simple : ‘nous regardâmes’, ‘nous mangeâmes’... moi, quand j’étais petit, je croyais que Jean-Claude Van Damme c’était un verbe du premier groupe”. 

Fabrice Éboué a également un goût pour l’absurde et l’humour noir : “On nous bassine avec ‘Game Of Thrones’, mais nous, on a l’affaire Grégory : trente-cinq ans, trente-six saisons !” L’humoriste, qui assume avec décontraction son statut de jeune papa, reste sa cible favorite. Il évoque sans chichi son couple mixte et son problème de calvitie qu’il compare à la déforestation de la forêt amazonienne. Le spectacle “Plus rien à perdre” arrive à Deauville et le public a tout à y gagner