Émissions Toutes les émissions

Au cœur de l'actu

Du lundi au vendredi à 8H09.

2min

Le préfet du Finistère Pascal Lelarge est l'invité de France Bleu Breizh Izel

Par le lundi 19 décembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Pascal Lelarge a été nommé préfet du Finistère en août dernier
Pascal Lelarge a été nommé préfet du Finistère en août dernier © Radio France

Pascal Lelarge, le préfet du Finistère est l'invité ce lundi de France Bleu Breizh Izel. Il vient parler de l'état d'urgence et du phénomène d’auto-radicalisation.

L'état d'urgence a été prolongé en France jusqu'au 15 juillet prochain. Avec les courses de Noël, il y a la foule dans les magasins de Brest à Quimper en passant par Morlaix. Pour le préfet du Finistère Pascal Lelarge "il n'y a pas plus de menaces dans le Finistère qu'il y en a sur l'ensemble du territoire national. La menace est connue dans la mesure où la France est un pays cible mais le lieu et les circonstances sont évidemment imprévisibles."

"Il faut que nos concitoyens soient conscients que la menace reste là. Elle reste présente et il y a un devoir de vigilance pour tout le monde", Pascal Lelarge, préfet du Finistère

"Les forces de l'ordre sont déployées au maximum de leur potentiel depuis le début de l'état d'urgence pour assurer à la fois des contrôles et être en situation d'intervenir notamment malheureusement s'il y a un attentat" annonce le préfet du Finistère. Et à la question de l'augmentation de la fatigue des policiers, Pascal Lelarge répond "on ne peut pas inventer des renforts, on a lancé une grande campagne de recrutement, simplement il faut un certain temps pour former des gens qualifiés qui sont des professionnels."

Le phénomène d'auto-radicalisation inquiète de plus en plus dans le Finistère

Plusieurs dizaines de personnes sont surveillées pour radicalisation dans le Finistère, parmi eux, une douzaine de cas sont problématiques selon les services de renseignements. Dans le viseur de la Préfecture du Finistère notamment les cas d’auto-radicalisation, des jeunes, qui se radicalisent seuls chez eux derrière leur ordinateur. Pour le préfet du Finistère ce "suivi est objectivé, on fait des enquêtes, on regarde exactement ce qu'il en est pour ne pas faire d’amalgames."