Replay du mercredi 25 novembre 2020

Les années d'or de la navigation sur le Dropt

Le Dropt ne fait que 130 kilomètres et pourtant c’est un véritable morceau d’histoire qui traverse la Dordogne, le Lot et Garonne et la Gironde. Ici les traversées fluviales n’ont vu le jour que tardivement, néanmoins de nombreux vestiges sont toujours visibles aujourd’hui.

Le pont roman en hiver
Le pont roman en hiver - G. Lallemant

Le Dropt d’une longueur exacte de 132,4 km naît près de Capdrot en Dordogne à une altitude de 160 m et se jette dans la Garonne aujourd'hui à Caudrot en Gironde, en aval de La Réole. Sur cette distance l’histoire y’ est riche, des ponts, des châteaux et des vestiges d’édifices servant à la navigation sont encore bien présent. Le Dropt compte 66 barrages pour 75 moulins, dont certains fortifiés. Les moulins encore en activité sont rares, le moulin d’Eymet fait partie de cette exception : dépouillés de leurs machines, la plupart ont été transformés après restauration en résidences principales ou secondaires.

le pont roman sur le Dropt (13e s.) - à l’arrière-plan, le pont ferroviaire (1885)
le pont roman sur le Dropt (13e s.) - à l’arrière-plan, le pont ferroviaire (1885) - P. Bacogne

En aval d'Eymet, les barrages comportent des écluses, vestiges de l'époque où le Dropt était navigable (le conventionnel Joseph Lakanal en fut maître d'œuvre pendant la période révolutionnaire). Le Dropt permettait de relier Eymet à Bordeaux en une semaine. Cette voie navigable a permis de développer le commerce, mais cette période n’aura duré qu’une quarantaine d’années. En effet le Dropt fait partie des affluents de la Garonne qui ont été contraints d'abandonner leurs activités commerciales navigables à cause de l'expansion des chemins de fer.