Loisirs Événements

Au nom des lieux

1min

Athis-Mons

Par le vendredi 30 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Athis Mons
Athis Mons © Maxppp - JB Quentin Le Parisien

On part ce matin tout près d’Orly, dans l’Essonne, à douze kilomètres de Paris, en bordure du chemin de fer, on a reconnu Athis-Mons. Jean : dans Athis-Mons, on distingue deux mots. Est-ce qu’il y aurait eu autrefois deux villes différentes ?

On part ce matin tout près d’Orly, dans l’Essonne, à douze kilomètres de Paris, en bordure du chemin de fer, on a reconnu Athis-Mons. Jean : dans Athis-Mons, on distingue deux mots. Est-ce qu’il y aurait eu autrefois deux villes différentes ?

Assurément : Athis, d’une part, et Mons, d’autre part. à l’origine deux petits villages agricoles, sur les coteaux de la Seine et de l’Orge, avec au Moyen Âge deux seigneuries distinctes. On évoquait par exemple au XIVe siècle Athis-sur-Orge, et jusqu’au XVIIIe siècle, on cultivait les céréales sur le plateau d’Athis et la vigne sur le coteau de Mons. Mons bien nommé, puisque l’origine en est le latin mons, désignant une colline, un « mont ». Le s final, toujours prononcé témoigne en fait encore du latin et peut-être d’un pluriel prononcé au Moyen Âge. Quant à Athis, le mot vient du gaulois attegia, désignant une cabane. Ce sont les guerres dévastatrices qui firent finalement s’associer les deux communes en 1817. Mais tout cela se situait à l’époque du cheval et tout allait changer avec la puissante locomotive et les premiers avions.

En fait ce qui frappe effectivement à Athis-Mons, c’est la présence de deux univers fascinants, celui des cheminots et celui de l’aviation.

Avec dès 1841 en effet, la ligne Paris-Bordeaux sur les bords de la Seine, grande voisine, et dès les années 1920, des hangars à dirigeables tout proches du futur aéroport d’Orly. La voie ferrée et l’aviation vont si j’ose dire faire décoller la ville. Et on retiendra un Athégien, un habitant d’Athis-Mons, Valentin Conrad, qui contribua beaucoup au XVIIe siècle à la création de l’Académie française.