Événements

Au nom des lieux

La Seine à Draveil
La Seine à Draveil - CyrilB1881 - CC

Draveil vient du verne, soit l'aulne

Diffusion du vendredi 10 novembre 2017 Durée : 1min

Cap au sud-est, à 20 km de Paris, dans l’Essonne, on peut y aller par la Seine, et on débarque alors au Port-aux-Cerises, superbe base de plein air, près la Forêt de Sénart : nous voici à Draveil, sans doute un lieu habité depuis longtemps, entre la Seine et la forêt giboyeuse ?

On ne peut pas mieux introduire Draveil, avec 677 hectares recouverts en effet par la forêt de Sénart et une longue berge, de 7 km, le long de la Seine accompagnée de nombreux étangs qui occupent l’ancien lit de la Seine, sans oublier quelques ruisseaux comme celui de Maupertuis qui irrigue la forêt de Sénart. Ajoutons deux ports de plaisance et on comprend que Draveil soit une commune attirante pour ses habitants mais aussi ses riverains désirant profiter de la Seine ou de la forêt. On y a découvert au reste un menhir attestant d’une présence humaine dès le néolithique, et c’est de fait aux Gaulois et aux arbres qu’on doit le nom du lieu.

Ici, est-ce qu’il faut comprendre que Draveil porterait le nom d’arbres gaulois ?

Tout juste, en langue celte on appelait en effet verne l’arbre qu’on appelle aujourd’hui aulne. Et on pense que le mot gaulois Dracvern, à l’origine de Draveil, signifiait « l’esprit des aulnes ». Dracvern se retrouve déjà sur une pièce de monnaie mérovingienne, en 635, sous la forme Draverno, et repris par les Romains, voici Dravolium d’où vint Dravel dès 1196. Mais ce ne sera qu’en 1793 que la commune sera clairement créée. À Draveil s’installa la première Cité Jardin française : entendons des logements hors d’une ville polluée et échappant à la pleine campagne, un concept venu d’Angleterre. À retenir parmi les Draveillois de très grande renommée : un peintre, Delacroix, qui vécut à Draveil, on peut voir sa maison…, mais aussi de grands écrivains : Tourgueniev, Edmond de Goncourt, Alphonse Daudet. Quant au blason, un arbre au-dessus d’une rivière à ses pieds : c’est parfait ! La forêt, et la Seine. Détente garantie